Web Analytics

- Page 5

  • MOUSCRON Vitre brisée dans l’agence Abrimmo

    Dans la journée de dimanche, une vitre de l’agence Abrimmo a été brisée. Visiblement, il s’agissait d’une dégradation et non d’une tentative de vol

  • Pecq : Jean-Pierre Berte est mort

    berte jean Pierre.jpgHomme politique apprécié de la population Pecquoise, l'ancien échevin et conseiller communal Jean-Pierre Berte est décédé ce lundi dans un centre hospitalier tournaisien où il avait été admis vendredi dernier. Jean-Pierre Berte, fidèle du bourgmestre de Pecq Marc D'Haene, avait 66 ans.

    Il était domicilié à la chaussée d'Audenarde à Hérinnes. Echevin entre 1995 et 2001, il avait été ensuite conseiller communal et conseiller du CPAS jusqu'aux dernières élections en 2012.Jusque dernièrement il s'était beaucoup investi également comme administrateur aux heures Claires d'Estaimpuis. On le savait malade depuis quelques mois. Marié, Jean-Pierre Berte avait 2 enfants. Ses funérailles seront célébrées ce samedi 4 janvier à 11h à l'église d'Hérinnes.

  • Menaces d’attentats sur Bruxelles et Anvers au réveillon du Nouvel an

    artifice.jpgLe parquet fédéral a ouvert une enquête à la suite de menaces d’attentats terroristes pour la nuit du Nouvel an visant Bruxelles et Anvers, a confirmé le parquet à l’agence Belga.

    Plus d'infos sur sudinfo +

  • Trois Belges, s'apprêtant à commettre un braquage, ont été interpellés près de Strasbourg

    vol main armée.jpgTrois Belges ont été interpellés samedi à Geispolsheim, dans la banlieue de Strasbourg, car ils étaient soupçonnés de préparer l’attaque imminente d’un fourgon blindé ou d’un «centre-fort» de transports de fonds, a-t-on appris lundi de source policière.

    Les enquêteurs ont en outre saisi des armes et des explosifs dans un hangar utilisé par les suspects, a précisé cette source, confirmant une information du quotidien régional les Dernières Nouvelles d’Alsace. «On était très, très proches d’un passage à l’acte», a-t-on ajouté de même source.

    L’objectif visé par les suspects n’a pas pu être déterminé. Les policiers strasbourgeois ont été mis sur leur piste par un signalement de leurs collègues belges et néerlandais, et les ont alors placés sous surveillance.

    Les trois individus, qui ont été placés en garde à vue, étaient connus de la justice en Belgique. L’un d’eux avait déjà été condamné pour des faits de banditisme.

    Le procureur de Strasbourg, Michel Senthille, doit s’exprimer sur cette affaire lors d’une conférence de presse lundi à 15h.

    AFP et sudpresse 30/12/2013

  • Test trimestriel du réseau des sirènes électroniques le jeudi 2 janvier 2014 entre 11h45 et 13h15.

     

    alarme.jpgLe prochain test trimestriel du réseau des sirènes électroniques sera effectué par le Centre de Crise du Service Public Fédéral Intérieur, le jeudi 2 janvier 2014 entre 11h45 et 13h15. En 2014, les tests sonores auront encore lieu les jeudis 3 avril, 3 juillet et 2 octobre. L’objectif des sirènes est d’alerter la population en cas de situation d’urgence.

  • Avis disparition Manasse Djiminy 13 ans - Publié le 30/12/2013 à la requête du Procureur du Roi de Mons et en collaboration avec Child Focus

     

    Publié le 30/12/2013 à la requête du Procureur du Roi de Mons et en collaboration avec Child Focus.manasse.PNG

    Manasse DJIMINYI

    Faits:

    Le vendredi 27 décembre 2013, Manasse DJIMINYI, âgé de 13 ans, a quitté son domicile situé rue Villa Romaine à Colfontaine.

    Manasse est d’origine africaine. Il mesure 1m58 et est de corpulence mince. Il a les cheveux noirs rasés sur les côtés et porte une crête au milieu du crâne.

    Au moment de sa disparition, il était vêtu d’un pull noir avec l’inscription « Sergio », d’une écharpe rouge et de baskets noires.

    Il se pourrait que Manasse se trouve dans le centre de Mons.

    Témoignages:

    Si vous avez vu Manasse DJIMINYI ou si vous savez où Manasse DJIMINYI réside, veuillez prendre contact avec les enquêteurs de la Police Fédérale via le numéro de téléphone gratuit:

    0800/30.300

    ou avec Child Focus via le numéro 116 000. ou réagissez online