Web Analytics

- Page 2

  • TECHNOLOGIES - Decathlon lance son propre smartphone

    decathlon.PNGC’est en voulant lancer une application dédiée à la randonnée, avec des cartes interactives, un GPS… qu’on s’est rendu compte, chez Decathlon, qu’aucun appareil ne correspondait vraiment à leur gamme. C’est comme ça que ses dirigeants ont eu l’idée de lancer leur propre modèle. Baptisé « Quechua Phone 5 », il résiste aux chocs, à l’eau, au sable, à la boue, au froid… bref, il s’inscrit parfaitement dans l’esprit « randonnée » de la marque. Avec sa coque renforcée et son écran en verre durci, il est conçu comme un véritable appareil tout terrain. ,Son écran de 5 pouces rétroéclairé est lisible même en plein soleil, l’appareil est doté d’une batterie qui offre une autonomie pour un week-end entier, «avec suivi GPS et 3G activés ou 22 heures en conversation », précise Quechua.
    C’est une société française, Archos, qui s’est vu confier la fabrication de ce smartphone. Et Geonaute, une filiale du groupe Oxylan, dont fait aussi partie Decathlon, spécialisée dans les nouvelles technologies appliquées au sport, s’est chargée du développement du logiciel. Ce smartphone n’est pas d’une très haute technologie, l’appareil photo est limité à une résolution de 5 mégapixels et la connectivité reste 3G. Mais «tout a été fait pour que l’appareil soit accessible en termes de prix et facile à  utiliser », précise Bertrand Czaicki, chef de produit chez Quechua. Le Quechua Phone sera vendu à partir du 5 décembre, à 229,89 euros.

  • Bonne nouvelle pour nos finances - La TVA à 6 % au 1er avril sur votre électricité

    compteur-electrique-ancien.jpgC’est décidément le temps des cadeaux. Ou l’esprit de Noël avant l’heure, c’est comme vous préférez. Après les nouvelles classes jeudi en Communauté française, c’est le fédéral qui s’est mis d’accord vendredi avec l’ensemble des entités fédérées sur une nouvelle mouture du plan de relance tant annoncé. Sa mesure la plus populaire sera sans conteste celle touchant à la TVA sur l’électricité. De 21 %, elle sera ramenée à 6% pour les particuliers. Cela ne changera rien pour les entreprises, pour lesquelles cette partie de la facture est de toute manière déductible. La réforme entrera en vigueur dès le 1er avril de l’an prochain. Soit un peu moins de deux mois avant le retour aux urnes du 25 mai… Elle durera une grosse année et demie, jusqu’en décembre 2015. Après cela, elle sera réévaluée « au plus tard le 1er septembre 2015 ». Ce sera donc de toute façon la tâche de la prochaine majorité de dire s’il la prolonge ou non.
    Tout le monde semblait d’accord sur cette mesure depuis des semaines. Tout le monde sauf le CD&V, qui a exigé une contrepartie. Elle prendra la forme d’une nouvelle série de baisses des charges.

    L’accord dégage ainsi également trois enveloppes de 450 millions d’euros chacune pour diminuer le coût du travail pour les entreprises en 2015, 2017 et 2019.
    DÉFICIT DE COMPÉTITIVITÉ
    Ces trois mêmes années sont celles choisies pour l’augmentation des bonus à l’emploi, qui permettent d’augmenter les revenus nets des bas salaires.
    Tout ceci est évidemment destiné à résorber le lourd déficit dont souffre la Belgique en termes de compétitivité de ses entreprises par rapport à nos trois voisins et principaux partenaires commerciaux
    que sont l’Allemagne, la France et les Pays- Bas.
    Cela leur rendra donc une bouffée d’oxygène, même si elle est très phasée dans le temps alors que le monde patronal avait plutôt espéré recevoir un électrochoc rapide.

    CH.C Nord Eclair du 30/11/2013

  • Estaimpuis - Bonne nouvelle en matière de sécurité.

    media_xll_4652693.jpgTrois agents engagés pour la patrouille de nuit

    Daniel Senesael a annoncé que deux inspecteurs et un agent seront engagés par la zone de police du Val de l’Escaut. Le conseil de police doit en tout cas voter l’engagement le 5 décembre. Visiblement, les 4 bourgmestres de la zone seraient tombés d’accord.
    L’engagement sera repris au budget 2014. Cela coûtera 120.000 euros, à partager entre les communes.
    Ces nouveaux hommes constitueront une deuxième patrouille de nuit

  • INQUIETANT - Le "Knockout Game": comment frapper des inconnus jusqu’à l’inconscience

    860819539_B971501770Z.1_20131128161623_000_GPL1J4MO6.1-0.jpgLe "Knockout Game" est un nouveau «jeu» cruel qui se développe aux Etats-Unis. Les règles? Frapper un inconnu dans la rue pour lui faire perdre conscience.

    Il y a quelques années en Belgique, les groupes de jeunes filmés en train de tabasser un autre jeune à la sortie d’une école étaient devenus courant. Les vidéos étaient ensuite postées sur le net pour faire le «buzz». Si l’on entend moins parler aujourd’hui de ces pratiques monstrueuses chez nous, c’est un nouveau type de vidéos du genre qui se développent aux Etats-Unis.

    Le "Knockout Game" sévit essentiellement dans les rues de New York, Washington et de Jersey City.

    Le but? Pour impressionner leurs amis, des adolescents frappent gratuitement et lâchement des passants afin qu'ils perdent connaissance. La police américaine a constaté une récente hausse d'attaques de ce genre, comme le souligne le site canadien "La Presse".

    « Ce n'est pas qu'ils souhaitent faire du mal à quelqu'un, cela concerne plutôt la prise de risques et des façons nouvelles, différentes et excitantes de s'attirer des ennuis », explique Paul Boxer, professeur de psychologie

    Des vies sont en jeu

    À Jersey City, un homme de 46 ans a récemment perdu la vie lorsque sa tête a cogné une clôture de fer. Il a été victime du "Knockout Game".

    « Il est difficile d'excuser un tel comportement », souligne dans la "Presse" Jeffrey Butts, psychologue spécialisé en délinquance juvénile au "John Jay College of Criminal Justice". « Quand quelqu'un entre dans un magasin et réclame de l'argent, on peut en quelque sorte comprendre pourquoi il agit ainsi, que ce soit par désespoir ou autre chose. Mais frapper quelqu'un simplement pour la brève excitation de voir qu'on peut le faire est tout simplement puéril. Ce comportement d'attaquer subitement une personne qui semble sans défense a toujours séduit le caractère impétueux et idiot des adolescents ».

    L'enquête a même été confiée à l'unité des crimes à New York.

    « Il y a des jeunes influençables qui ont une propension à la violence et qui pourraient être affectés par les images qu'ils voient. Ce n'est pas qu'ils souhaitent faire du mal à quelqu'un, cela concerne plutôt la prise de risques et des façons nouvelles, différentes et excitantes de s'attirer des ennuis », conclut Paul Boxer, professeur de psychologie à l'université de Rutgers.

    Aline Wuillot sudinfo + du 28/11/2013

  • INQUIETANT - Un Wallon sur cinq en retard de contrôle technique.

    controle technique.PNGL’automobiliste bruxellois n’est pas très ponctuel au contrôle technique. Sur les 337.518 voitures présentées en 2012, 26,19 % étaient en retard. Plus d’une sur dix (11,92 %) avait dépassé le délai d’un mois ou plus, et 2,80 % excédaient les six mois, selon la réponse du secrétaire d’État à la Mobilité à une question à la Chambre. Quant au Wallon, 19,01% des 1.345.562 voitures contrôlées ne l’ont pas été à temps dont 8,23 % avaient au moins un mois de retard et 1,94 % plus de six mois.
    Un peu moins d’un conducteur flamand sur sept (15,24 %) n’était pas à l’heure dont 5,33 % avec un retard supérieur à un mois et 1,03 % supérieur à six mois. Signalons que ces chiffres sont calculés en fonction de la localisation des stations de contrôle dans les trois régions. Personne n’est tenu de présenter sa voiture à proximité de son lieu de résidence. Une partie des Bruxellois peut donc être des Flamands ou des Wallons qui ont choisi de se faire contrôler près de leur lieu de travail. L’automobiliste paie une amende de 7,40 euros au cours du premier mois de retard. La sanction monte progressivement jusqu’à atteindre 26,50 après six mois.
    LA CATA EN CAS D’ACCIDENT
    «L’amende n’est rien par rapport au procès-verbal que peut donner un policier en cas de défaut de contrôle technique. De plus, il a le droit d’escorter l’automobiliste jusqu’au centre de contrôle le plus proche pour lui faire passer l’examen », souligne Marie De Backer du Goca, la fédération professionnelle du secteur, la compagnie d’assurances peut refuser d’intervenir si son client, en défaut de contrôle technique, provoque un accident. La facture devient astronomique lorsqu’il y a des blessés ou des morts. À l’opposé de ces mauvais élèves, 353.715 conducteurs ont obtenu un bonus lors de leur passage au contrôle technique en 2012. Les véhicules présentés à temps, dans un parfait état et avec moins de 100.000 kilomètres au compteur ne doivent pas être représentés l’année suivante, mais celle
    d’après.

    YH Nord Eclair Mouscron 30/11/2013