Estaimpuis :Pauvre Collège de la Salle abandonné…

Un nouveau projet serait à l’étude pour ce bâtiment qui baigne dans son jus depuis tant d’années

college de la salle avec encore sa toiture.JPG

Quand le collège avait encore sa toiture

Les travaux de réhabilitation du Collège Saint Jean-Baptiste de la Salle, voilà un monstre du Loch Ness estaimpuisien. On en entend souvent parler, mais on ne voit jamais rien…  

Depuis de nombreuses années, l’immense bâtiment situé dans la rue de Mouscron est laissé à l’abandon, baignant dans son jus, portant les stigmates du temps. Racheté à plusieurs reprises par des promoteurs promettant à chaque fois monts et merveilles, l’établissement qui fut jadis un superbe édifice fait peine à voir. Sur le terrain qui jouxte le bâtiment, on peut même trouver un vieux camion de pompiers qui semble avoir perdu son combat contre la végétation qui l’a envahi.

college de la salle sans toiture.JPG

on a retiré les toitures il y a deux ans ......

 
Sur les barrières Heras pourvues de barbelés qui entourent le site, on peut également trouver de vieux avis d’urbanisme délavés… qui datent de 2014 !
On y a cru, en mai 2018, en voyant de l’agitation au niveau du « chancre », mais ça s’est limité à la destruction de quelques toitures, puis plus rien…
 
Évidemment, le sujet s’invite régulièrement à la table du conseil communal d’Estaimpuis. Les partis de l’opposition réclament alors des comptes à la majorité, tout en ne comprenant pas que les propriétaires du site parviennent à échapper à la taxe sur les immeubles abandonnés. Ce fut encore le cas lors du dernier conseil communal.
 
C’est José Lericque, pour Ecolo, qui s’est penché le premier sur le sujet. « Pas de recettes dans les taxes d’immeubles inoccupés, car le propriétaire est en recours contre cette taxe. N’est-il pas temps d’arrêter de se laisser marcher sur les pieds depuis plus de 15 ans par les acteurs de cette mauvaise comédie ? », s’est emporté le conseiller. « En saccageant les toitures il y a quelques années, le propriétaire ne voulait rien d’autre que saper le bâtiment. La suite qu’il envisage, c’est de tout raser comme nous le prétendions avant l’été. Dans un tel scénario, probablement inéluctable, dû pour partie à la complaisance des différents collèges communaux depuis la vente du site, il est temps de reprendre la main et de monter un projet pour la population estaimpuisienne. »
 
Patrick Van Honacker (groupe « Pour Vous ! ») a enchaîné. « Rien ne bouge ! Notre groupe maintient son souhait de rachat du site par notre administration communale. Notre rôle n’est pas de laisser pourrir ce site ! Quelles sont les intentions du Collège ? », a questionné le conseiller de la minorité.
 
Un nouveau projet à l’étude ?
 
C’est Quentin Huart, échevin de l’Urbanisme, qui a fait le point sur ce dossier. Après avoir assuré en préambule que le Collège communal suivait de très près le dossier de cet autre collège, M. Huart a indiqué que plusieurs mesures avaient été prises. « Permettez-moi de vous refaire l’historique. Un permis a été délivré le 27 avril 2015 pour la transformation de l’ensemble du collège. Ce nouveau permis remplace un ancien permis car des adaptations ont été apportées : appartements plus petits, modification des toitures et des façades, etc. Ce permis était valable cinq ans et prorogeable deux ans suivant le Code du développement territorial », remarque-t-il. « Une demande de prorogation a été faite par le propriétaire du site, Silver Cloud , en date du 21 février 2020. Cependant, vu l’état du bâtiment et comme nous nous y étions engagés, le Collège communal a refusé cette demande le 6 mars 2020. »
La société « Silver Cloud » a alors avisé le Collège communal, le 7 juillet dernier, qu’elle allait en recours au conseil d’état contre sa décision de refuser la demande de prorogation. Le conseil d’état ne s’est pas encore prononcé sur ce recours à ce jour.
« Après avoir répondu favorablement à notre demande d’entretenir la végétation du site, sachez que Silver Cloud nous a fait part de son intention de relancer le dossier. Un nouveau projet serait à l’étude, même si nous n’avons rien de concret de ce côté-là », a terminé Quentin Huart.
Bref, vous l’avez compris, la saga du Collège de la Salle est loin d’être terminée. La suite des aventures au prochain épisode…
 

 

149153.jpg

Le collège du temps de sa splendeur

college de la salle graffitis DR.JPG

l'interieur du bâtiment

969_001.jpg

 
source : Article de N. Rz sudinfo

 

 

Commentaires

  • La saga du collège, je connais. Mais ce qui me fait sortir de mes gonds c'est le fait que ces gens ne doivent pas payer de taxe d'innocupation. J'irai plus loin que José Lericque en demandant à la commune de rembourser toutes les taxes encaissées pour bâtimént innocupés. Il ne peut y avoir deux poids deux mesures. On taxe ou on ne taxe pas.
    Tout le monde n'est pas Silver Cloud, Famiflora....

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel