Web Analytics

Leers-Nord : Vente du poney club (La version de Daniel Duquenne, propriétaire du centre équestre)

Résultat de recherche d'images pour "centre equestre  maison canal leers"

Âgé de 61 ans, Daniel Duquenne n’est pas du genre à se laisser impressionner par quelques courriers, tentatives d’intimidation, etc. Et pourtant, il a fait le choix de quitter cet endroit qu’il a tant aimé et qui, selon lui, a (trop) changé à son goût. «On espérait encore y rester jusqu’à la pension de mon épouse, mais c’en est trop», explique-t-il. «Ce quartier, qui était si paisible autrefois, est devenu un lieu où sont organisées des animations débridées, surtout depuis l’arrivée de la dernière gérante de la Maison du Canal.» Depuis, l’homme a multiplié les plaintes à l’égard de l’établissement, mais aussi de la commune. «Le site autour de la Maison du Canal a été transformé afin de permettre à la gérante de faire du fric alors qu’il n’était pas fait pour être développé à des fins commerciales. Que ce soit l’extension de la maison du canal ou le parking rien n’a été fait dans les règles. On s’est révolté, mais rien n’y a fait puisque le bourgmestre n’en a fait qu’à sa tête.» Pour Daniel Duquenne, cette offensive lui vaut désormais quelques ennuis. Notam
ment à cause des extensions qu’il afaites sur son terrain sans autorisation. «J’en suis conscient, je ne nie pas, mais j’ai toujours fait cela dans le respect de l’endroit. Ce qui n’est pas le cas de Mme Henni et de M. Senesael qui a toujours voulu en faire un lieu festif envers et contre tout. Avant que je ne m’oppose à ces projets, je n’avais jamais eu de problèmes. Ce que je subis actuellement, ce n’est que de la pure vengeance.» Au sujet de la vente de sa ferme et du terrain, Daniel Duquenne sait qu’il devra se mettre aux normes et est au courant que la commune s’est opposée à la venteavant remise en conformité  «Je ne m’en fais pas puisque le fonctionnaire délégué m’a proposé une transaction, que j’ai acceptée. Ce qui veut dire qu’il estime que les transformations sont régularisables. J’ai d’ailleurs transmis mon dossier, qui a été jugé complet, et la Région wallonne a désormais 115 jours pour effectuer les rectifications d’usage. On peut m’accuser de tous les maux, dire que je suis un emmerdeur, mais je ne me considère pas coupable des mêmes agissements que mes détracteurs.»

article : Jordan Kasier Nord Eclair

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel