Web Analytics

Carrefour estime le moment venu pour le paiement sans contact

La chaîne de supermarchés Carrefour a présenté mercredi une carte de débit sans contact comme mode de paiement. Cette technologie se généralise petit à petit en Belgique.

«Il a fallu 5 ans pour que le marché belge du paiement sans contact (NFC) soit efficient. C’est le moment venu», a commenté Thierry Gosset, administrateur délégué de Fimaser, la filiale financière du groupe de supermarchés.

«Actuellement, 25% des terminaux de paiements sont équipés d’une telle technologie en Belgique et le pourcentage grimpera à 50 d’ici fin 2016», estime pour sa part Jean-Marie de Crayencour, responsable pour la Belgique et le Luxembourg chez Visa Europe, partenaire de Carrefour pour le lancement de la nouvelle carte, Flex.

La carte fonctionne comme une carte de débit classique et est acceptée partout dans le réseau Visa, pour des retraits ou des paiements en Belgique et à l’étranger.

La carte en tant que telle coûte 6 euros. Des frais de gestion de 1,5 euro par mois sont demandés alors qu’un même montant est facturé pour chaque retrait d’argent hors Carrefour.

«Il ne s’agit pas d’une carte de crédit. Aucun découvert n’est autorisé. C’est une carte rechargeable liée à un compte», a précisé Baptiste van Outryve, porte-parole de Carrefour. La carte offre en outre un outil de gestion budgétaire classant les dépenses par catégorie, montrant leur évolution et permettant à l’utilisateur d’instaurer des alertes et un plafond à ne pas dépasser par type de dépenses.

Les paiements sans contact, bien que sécurisés, sont limités, pour la carte Flex, à 75 euros d’achats chez Carrefour et 20 euros chez les autres commerçants.

La filiale belge de Carrefour avait annoncé en septembre que d’ici la fin de l’année toutes ses caisses seraient équipées de terminaux de paiement NFC.

Les commentaires sont fermés.