Web Analytics

Myrianne Lampe une fille originaire d'Evregnies : Après le Crazy, place à la magie

Myrianne Lampe, l’infatigable show girl

Le spectacle, Myrianne Lampe l’a toujours eu dans la peau. Cette femme, originaire d’Evregnies, est passée par l’un des plus grands cabarets de Paris : le Crazy Horse. À 52 ans, fini les levés de jambe pour Myrianne et place à la magie du côté de Benidorm.

 mimi.PNG

Déjà sur les bancs de l’école, Myrianne Lampe ne pensait qu’à danser et faire le show. « Avec mes parents, on organisait depuis ma plus tendre enfance des petits galas. On a même monté le groupe les Fairy Sisters avec la célèbre chanson « les Moules et les frites ». J’étais également membre des majorettes Fairy One à LeersNord. Je suis né là-dedans et à l’école je n’étudiais pas, je dansais et chantais», souligne l’Evregnienne.

Malgré un petit succès, son petit village d’Evregnies était devenu trop petit. Myrianne décide alors de passer une audition dans un cabaret bruxellois où elle sera meneuse de revue au « Show Point ». Son talent ne passera pas inaperçue et un producteur la contacte en 1984 pour un spectacle au Japon, une expérience qui durera 7 mois. Après le pays du Soleil Levant, c’est dans la « Ville Lumière » que Myrianne, 21 ans, va se poser, en 1985, avec la ferme intention de briller parmi les étoiles. Là aussi, elle enchaînera les castings et n’ayant pas froid aux yeux, elle tente sa chance du côté du Crazy Horse. «J’ai été prise et j’ai vécu les deux plus belles années de ma vie sous les ordres d’Alain Bernardin », dit-elle avec une pointe de fierté.

Fini Myrianne Lampe et place à Bessie Copernic, son nom de scène. Pour elle, la nudité n’est pas un problème car finalement au Crazy Horse : « on est habillé par la lumière », rétorque-t-elle. Durant deux années, elle va vivre à un rythme quasi militaire. « Tout devait être impeccable, quitte à répéter 50 fois le même mouvement. De plus, l’esthétique avait une place importante et nous étions pesées tous les 15 jours et gare si on avait quelques grammes en trop… On devait peser entre 53 et 55 kilos, si on n’était pas dans la fourchette on pouvait être virée sur le champ. C’était très dur car je n’avais pas appris la danse dans une école, mais à force de travail tout est possible.» Son histoire d’amour avec le Crazy va s’arrêter deux années plus tard après avoir foulé cette scène mythique des centaines de fois et après avoir fait rêver des milliers de personnes. Avec un tel nom sur son curriculum vitae, Myrianne pouvait s’ouvrir toutes les portes et c’est encore sur le continent asiatique que le belle evregnienne va, une nouvelle fois, rayonner. « L’agence pour laquelle je travaillais m’a envoyé du côté de Macao. Pendant 15 mois, j’ai arpenté les planches comme danseuse de french cancan au prestigieux théâtre Mona Lisa de Macao ».

Aujourd’hui, après avoir pas mal bourlingué, Myrianne, 52 ans, a décidé de passer à autre chose. «Il y a un âge pour tout. Celui où je pouvais montrer mes jambes est terminé et j’ai donc décidé de me lancer dans les spectacles de magie. » Depuis 17 ans maintenant, l’Evregnienne amuse les touristes, mais aussi les enfants qui viennent en vacances du côté de Benidorm sur la Costa Blanca. Comme la danse, elle va observer, apprendre et travailler. « Je vois ce que les gens font et j’ai voulu apporter ma touche personnelle. » Dans le milieu de la nuit, elle fera la connaissance de Marlène Mourreau, ex-mannequin et présentatrice TV en France. Cette dernière va lui proposer de faire partie de sa bande pour son spectacle « Paris Magico ». «Je suis Mimi Valentin, la magicienne de la bande. On se produit plusieurs fois par semaine pour les touristes mais aussi pour les enfants. J’adore la scène. On s’adapte aux périodes. L’été ce sont les familles en vacances et à partir d’octobre jusqu’à avril ce sont les retraités.. Je gagne ma vie au soleil et je suis heureuse de rendre les gens heureux »

 

source : article JK NE

Les commentaires sont fermés.