Web Analytics

Alors que pour Estaimpuis ça traine plus de 6 mois depuis le premier courrier : A Sirault, les voisins surveilleront les rues eux-mêmes dans environ un mois

Après une vague de vols dans des maisons de Sirault (Saint-Ghislain), les riverains ont décidé de se mobiliser. Lundi soir, une importante réunion s’est tenue pour la constitution officielle d’un PLP (partenarait local de proximité). Grâce à celui-ci, les voisins d’un quartier pourront eux-mêmes surveiller leurs rues, tout en restant dans un cadre légal.

vol plp.jpg

Lundi soir, les habitants de Sirault se sont réunis pour la première fois dans le cadre de la création d’un PLP (partenariat local de proximité). Après avoir subi une vague de vols dans la région, les habitants de plusieurs quartiers ont décidé de s’entraider en créant des sortes de comité de vigilance.

Environ une quarantaine de personnes étaient présentes lors de la réunion. « Le but de la réunion était de donner des explications sur comment former un PLP, et les collaborations à mettre en place avec la police et la commune », explique Franck Devos, le Siraultois à l’origine du projet.

Et, selon les retours que nous avons eus, les explications données sur les PLP ont convaincu l’auditoire. « De nombreuses personnes veulent y participer », assure Daniel Olivier, bourgmestre de Saint-Ghislain.

Pour lui, l’initiative est une chose très positive pour la commune qui peut aider ses habitants mais aussi la police. Il est aussi convaincu que le projet ne tardera pas à faire tache d’huile dans Saint-Ghislain. « Parmi les personnes présentes, des gens extérieurs à Sirault étaient là. Ils se sont montrés très intéressés par le projet. On peut donc s’attendre à voir des demandes de PLP ailleurs », assure M. Olivier.

Pour la suite, une quinzaine de personnes souhaitent désormais faire partie du projet. M. Devos va remplir les fiches signalétiques à transmettre à la police et prépare déjà une nouvelle réunion. « Dans quelques semaines, un mois maximum, nous allons faire une réunion pour nous organiser», conclut l’initiateur du projet.

Du côté de l’opposition du conseil communal de Saint-Ghislain, les choses sont plus contrastées. En effet, certains conseillers communaux se montrent plus sceptiques vis-à-vis de l’initiative et demandent des actions plus fortes de la police.

 

Les commentaires sont fermés.