Tournai: à la suite d’un nouvel accident, danger sur les boulevards (31/01/2014)

nouveau boulevard.jpgJeudi, peu avant 8h, un scooter qui traverse la bande du bus du boulevard des Nerviens (près du rond-point Imagix) est heurté par une voiture. Blessé aux jambes, le cyclomotoriste est hospitalisé.

Un site propre pourtant récemment aménagé par le SPW (Service public de Wallonie), justement dans le but de sécuriser la traversée du boulevard sans freiner la circulation des transports en commun.

Des aménagements à cet endroit, ce sont les étudiants qui les avaient réclamés à cor et à cri après un autre accident (lire ci-dessous). Mais force est de constater que le dispositif ne se révèle pas aussi efficace qu’escompté. Notamment parce que des automobilistes empruntent la bande réservée au bus. « Le marquage au sol a tendance à se voir de moins en moins », reconnaît l’inspecteur principal Damien Derycke. « Il faudrait peut-être le matérialiser davantage. En effet, cette bande ne devrait pas du tout être utilisée par les automobilistes ».

Toutefois, ce manque de visibilité mis à part, les aménagements réalisés par le SPW sont clairs, selon l’inspecteur principal. « Les piétons doivent aussi s’assurer qu’on les a vus avant de se lancer sur la voirie », insiste-t-il. « En fait, chaque usager quel qu’il soit doit être attentif aux autres, c’est la meilleure façon d’éviter les accidents ».

Une habituée du boulevard des Nerviens évoque, en effet, les automobilistes qui doublent par la droite « mais aussi les piétons qui traversent en dehors des clous », assure la riveraine, « de même que les bus qui, au rond-point, se rabattent sans prévenir dans la circulation ».

Cependant, il faut reconnaître que certains aménagements sont plus réussis que d’autres, et que certains boulevards sont nettement plus dangereux que les autres.

C’est le cas du boulevard Walter de Marvis, face aux Bastions ou encore du boulevard des Combattants: « A ces endroits, c’est bien simple… il n’y a pas d’aménagement », conclut l’inspecteur principal. « Et il s’agit de voiries à quatre bandes de circulation…». Toutefois, selon le policier, si chacun respecte le code de la route, il ne devrait pas y avoir de problème: « On en revient toujours à la même chose », ajoute Damien Derycke. « La limitation de vitesse, notamment, est essentielle. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle lorsqu’on effectue des contrôles, on place le radar juste à côté du passage pour piétons… pour que les conducteurs se rendent compte qu’ils sont dans l’incapacité de s’arrêter ».

Toutefois, si les boulevards du Roi Albert, Delwart ou Lalaing sont des exemples en demi-teinte en termes de sécurité des piétons et autres usagers, le boulevard Léopold, lui, est plutôt une réussite. « La circulation a été réduite à une seule bande, et les passages cloutés sont plutôt bien éclairés et visibles », commente l’inspecteur de police. « Alors bien sûr, de temps en temps, la circulation coince un peu, mais uniquement aux heures de pointe, ce qui est inévitable à moins d’empiler les voitures les unes sur les autres… Mais avec un peu de courtoisie, tout s’arrange ».

S. Courcelle

18:00 Écrit par Eddy.vercleven | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer |  Facebook | | | | |