Web Analytics

vercleven

  • Idée sortie à Tournai : Concerts de carillon au Beffroi de Tournai

    carillonneur.jpg

    Après quelques semaines de trêve, les cloches du carillon de Tournai vont à nouveau résonner dans le ciel tournaisien en ce mois de décembre. L’occasion de célébrer la toute récente reconnaissance par l’UNESCO de la culture du carillon belge comme meilleure pratique de sauvegarde du patrimoine immatériel.

    LE DIMANCHE 21 DÉCEMBRE, À 15H30

    Ce jour-là, en prenant votre courage à deux « pieds » et en grimpant les 227 marches qui mènent jusqu’à la chambre du carillonneur, vous aurez l’opportunité de voir comment celui-ci combine force et dextérité pour que de jolies mélodies s’envolent dans les airs.

    Le dernier concert de l’année sera joué la veille de Noël, à 17h. Au programme, divers chants de Noël dont l’incontournable « Douce nuit, sainte nuit ». Le carillon de Tournai se joindra ainsi aux carillons du monde entier invités à rappeler le 100e anniversaire de la trêve

  • Ailleurs sur le web :Wistiki, une invention formidable pour ne plus perdre ses clés ou le doudou de bébé.

     wistiki.jpg

    Le porte-clé siffleur, vous vous souvenez ?

    Aujourd'hui, cette technologie approximative peut-être remplacée par des inventions bien plus intéressantes.

    Trois Français tiennent d'ailleurs "le porte-clé siffleur de 2014", comme ils disent. Leur invention porte le nom de Wistiki et il s'agit d'un accessoire connecté pour ne plus perdre ses objets.

    Les frères Lussato (Hugo, ingénieur, Théo et Bruno, tous deux sortis d'école de commerce) travaillent à ce projet depuis l'été 2012 et s'apprêtent à lancent leur produit. Leurs premiers clients recevront un petit accessoire à attacher aux objets qu'ils ne veulent plus perdre et pourront les retrouver grâce à une application sur smartphone.

    Relié à une appli mobile (iOS et bientôt Android), le "wist" peut sonner lorsque vous vous trouvez à 30 mètres de lui et être géolocalisé au-delà. "Attention, la géolocalisation n'est pas du traçage", insiste Hugo Lussato, co-fondateur de Wistiki. "On ne veut pas être Big Brother et notre système a été pensé pour ne pas empiéter sur la vie privée".

    "Votre smartphone enregistre la position du "wist" lorsque vous vous éloignez de plus de 30 mètres et c'est cette position-là que vous donnera l'application", précise Hugo Lussato. Si la cible se déplace, impossible de suivre son mouvement, tout ce que vous saurez, c'est le dernier endroit où vous l'avez laissé.

    Impossible donc de mettre le "wist" dans la poche de son conjoint pour suivre ses déplacements... Ni de retrouver un objet volé.

    source : http://www.huffingtonpost.fr

    www.wistiki.com

  • Le dernier accident mortel en gare d'Herseaux largement médiatisé n'a pas été entendu: un étudiant qui voulait traverser les voies a été heurté par un train à Liège, il aurait les membres sectionnés

    accident train.jpg

    La circulation des trains a été fortement perturbée vers 7h00, ce mercredi, à la gare de Liège-Guillemins, indiquent Infrabel et la SNCB. Un jeune étudiant qui se trouvait sur les voies a été heurtée par un train à la sortie de la gare. Les services de secours sont sur place.

    Selon nos premières informations, la personne percutée serait un étudiant qui voulait traverser les voies. Il aurait les bras et les jambes sectionnées suite au choc avec le train.

    La victime a été évacuée et les services de secours ont donné leur autorisation pour la reprise du trafic. Seule la voie où s’est produit l’accident reste obstruée.

    Combien de morts encore avant que certains étudiants prennent conscience du danger que représente la traversée non autorisée des voies ?

    Plus d'infos ICI

  • Automobile : 6H de Courtrai, une «spéciale» pour Mouscron

     6 heures de courtrai.jpg

    Une course de rallye chez nous, il faut remonter à 1993 et une étape des 24 heures d’Ypres. Ce samedi, Mouscron aura la chance de voir débarquer 150 bolides gonflés à bloc pour l’étape spéciale des 6 heures de Courtrai.

    Dans le passé, les courses automobiles ont fait vibrer la cité des Hurlus, notamment avec les 24heures d’Ypres. Ce samedi, 150 bolides vont débarquer chez nous pour assurer le spectacle à l’occasion des 6 heures de Courtrai. «  On est assez fier de revenir ici à Mouscron et de voir que cette ville aime encore les sports automobiles. La dernière spéciale remonte déjà à 1993 avec une étape lors des 24 heures d’Ypres. Cette région respire la passion et on a voulu réécrire une partie de l’histoire de la course automobile ici même  », se félicite Jean-Claude Castelein, organisateur et président de l’événement.

    Plus d'infos voir article de J Kasier ICI

  • Accident mortel en Gare d'Herseaux : Alain Verlinden correspondant Nord-Eclair présent sur place et témoin de l'accident décrit son émotion

    herseaux.jpg

    « Gare d’Herseaux, vendredi 17h15, un rayon de soleil illumine le quartier frontalier, joyeux prélude à la ducasse d’automne qui s’y prépare. Une cinquantaine de navetteurs et étudiants descendent du train en provenance de Mons et Tournai.

    Heureux de terminer leur semaine, ils participent à l’ambiance générale. Je me trouve là par hasard, pour récupérer ma fille qui fait partie des passagers. Je lui fais signe, elle a déjà atteint le passage à niveau et attend qu’il se lève pour me rejoindre. Trouvant le temps long, j’observe le train qui se remet enfin en marche vers Mouscron, dégageant la vue du quai n°2 sur lequel s’avancent les derniers passagers.

    En une seconde, se joue le drame qui me repasse en tête sans arrêt depuis 24 heures : à peine la voie dégagée, une jeune fille saute sur le ballast et se précipite sur les voies alors qu’arrive à vive allure un train en sens inverse mais masqué par celui qu’elle vient de quitter. J’hurle pour l’avertir mais en vain : le train la percute de plein fouet. Le bruit de l’impact me glace les os. Ma première réaction, exacerbée par mon métier d’enseignant et le triste spectacle que nous offrent ces dizaines d’ados qui ont pris l’habitude de traverser les voies face à la gare, est la colère : « Faut-il en arriver là pour qu’ils comprennent ? » Aussitôt pourtant, c’est la fibre paternelle qui reprend le dessus. Je me précipite vers l’endroit du terrible impact et découvre un corps inerte, recroquevillé mais qui respire. J’apprendrai plus tard qu’elle s’appelle Camille. Agée de 16 ans, elle revenait de l’institut Saint-Luc où elle était scolarisée. Tandis que je lui tiens la main et lui parle pour tenter de maintenir une conscience qu’elle n’a sans doute déjà plus, j’entends sa maman crier en découvrant le drame. Ann Cloet, première échevine à Mouscron, présente pour la même raison que moi, la tient à l’écart et la réconforte en attendant les secours qui arriveront très rapidement. Je leur laisse accomplir leur mission et quitte les lieux avant d’accomplir la mienne : celle de crier haut et fort ma désapprobation en stigmatisant cette insouciance de la jeunesse qui lui fait braver l’interdit et prendre des risques inconsidérés.

    Évidemment qu’il existe une part de fatalité dans tout accident : pourquoi ce train à vide n’a-t-il pas surgi quinze secondes plus tôt ou plus tard ? Avec toute la compassion que j’éprouve pour les parents de Camille, on ne m’enlèvera pourtant pas de la tête que c’est elle, au départ, qui porte la responsabilité de son acte. Si ce geste irréfléchi, déjà accompli précédemment, par elle et des dizaines d’autres, pouvait ne fût-ce que conscientiser un seul ado, elle ne sera pas morte pour rien ».

    Article de Alain Verlinden pour Nord Eclair Mouscron (edition du 12/10/2014)

  • Estaimpuis : La cave de Gégé déjà à remettre !

    cave de Gérard.jpg

    La cave de Gérard, ouverte en novembre, n’apporte pas le rendement espéré. Les patrons de la société Innovactions, qui est spécialisée dans la blanchisserie et les lavoirs, avouent qu’au final le vin, ce n’était pas pour eux.

    Alors qu’on fêtera le premier anniversaire de la cave de Gérard sur le site d’Estaim’Services à Estaimpuis en novembre prochain, les patrons qui gèrent l’activité, les murs appartenant à la commune, veulent (déjà !) trouver un repreneur.

    Pour Ghislain Demarlière, si cela n’avait tenu qu’à lui, il n’aurait jamais lancé ce business. "Nous sommes des spécialistes de la blanchisserie, pas vraiment des amateurs de vins. On a été quelque peu poussés par le bourgmestre qui estimait que c’était bon pour Estaimpuis."

    Dès à présent, l’activité est donc à remettre et nul doute que la publicité faite pour cette cave à vin, la première en Belgique pour Gégé, va attirer des repreneurs. Des repreneurs qui pourront bénéficier du stock restant estimé à environ 20.000 euros. «Des vins de stars (Cabrel, Richard ou encore Brad Pitt) À cela il faudra ajouter le fonds de commerce qui, lui, s’élève à 40.000 euros. Ce qui fait donc une ardoise de 60.000 euros pour un bel espace, bien décoré, de 110m2 pour un loyer de 350 euros par mois.

    «On aimerait remettre pour le 31 décembre juste après les fêtes », précise Ghislain Demarlière. Toutefois, l’homme ne serait pas contre le fait de céder l’affaire avant la date butoir. «Si quelqu’un vient avec les fonds, cela pourrait aller plus vite que prévu. Avec également la possibilité d’entamer une nouvelle activité en ces murs