Web Analytics

tabac

  • Les fumeurs vivent en moyenne près de huit ans de moins que les non-fumeurs

    Les fumeurs vivent en moyenne près de huit ans de moins que les non-fumeurs, tandis que ceux qui ont arrêté de fumer voient leur espérance de vie réduite d’un peu plus de deux ans et demi en moyenne. C’est ce qui ressort d’une étude comparative de l’Institut scientifique de Santé publique (ISP).

    fumeur.jpg

    Cette étude quantifie les effets du tabagisme sur l’espérance de vie à 30 ans et ses conséquences sur la qualité de la santé au cours des années vécues, publiée mercredi. L’étude part du principe que les fumeurs âgés de 30 ans ou plus peuvent être considérés comme des «fumeurs à vie» et que la probabilité de commencer à fumer après 30 ans est très faible. Elle repose sur l’analyse d’un échantillon unique qui couvre à la fois les données sur le tabagisme, sur les problèmes de santé et sur la mortalité.

    L’espérance de vie du fumeur moyen âgé de 30 ans est ainsi réduite en moyenne de 7,87 ans pour les hommes et 8,17 ans pour les femmes. Le sevrage au tabac permet cependant d’atténuer cette diminution, puisque les ex-fumeurs et ex-fumeuses ne perdent respectivement «que» 2,68 et 2,59 ans en moyenne.

    Pour l’ISP, plus l’abandon du tabac est précoce, plus les avantages en termes de santé sont appréciables.

    Incapacité

    L’étude souligne par ailleurs l’importance de l’impact du tabagisme sur la fréquence des incapacités, c’est-à-dire des problèmes d’incontinence, des difficultés à effectuer une des six activités de la vie quotidienne (se mettre au lit ou en sortir, s’asseoir ou se lever d’un siège, s’habiller, se laver les mains ou le visage, s’alimenter et aller aux toilettes) ou des difficultés pour se déplacer, ou encore des pertes sensorielles.

    Le tabagisme entraîne ainsi chez les fumeurs une augmentation considérable du nombre d’années passées en incapacité avant l’âge de 80 ans, avec tout ce que cela implique en termes de dépenses de soins de santé.

  • Estaimpuis : En exclusivité à H-16 de l'ouverture votre blogueur visite Famiflora

    famiflora.jpg

    Tous les corps de métiers du bâtiment s’activent encore sur le chantier de Famiflora, à quelques heures de l’ouverture. Maçons, carreleurs, électriciens, plombiers… travaillent jour et nuit pour assurer l’inauguration du plus grand centre de jardinage et de décoration de Belgique. Le magasin a des mensurations impressionnantes : sa superficie fait 23.000 mètres carrés, soit l’équivalent de 5 terrains de football. Cette grande surface est plus qu’un projet commercial : elle développe un concept original. Les clients pourront facilement passer la journée sur le site du Quevaucamps, à la limite d’Estaimpuis. Outre la jardinerie, les consommateurs trouveront sur place une brasserie-restaurant, une boucherie, une boulangerie, un épicier maraîcher, un coffee-bar, une boutique du cuir, un tabac shop, une chocolaterie…

    DSC04531.jpg

    DSC04542.jpg

    Des cellules, situées dans la galerie, ont été confiées à des entrepreneurs indépendants qui en assurent la gestion. Outre cette douzaine d’emplois, Famiflora a embauché une cinquantaine de personnes, toutes sous contrat à durée indéterminée. «Nous voulons encourager la passion de nos employés et ouvriers, précise Kim Deconinck, responsable des ressources humaines. Le Forem et son correspondant flamand ont fait un travail de recrutement formidable. Les futurs travailleurs ont suivi une formation intensive durant un mois. ». Contrairement à la rumeur que certains laissent courir j'ai pu vérifier de visu que pas mal de personnel provient de la région d'Estaimpuis dont une ancienne Miss Estaimpuis.

     150 NOMS EN LATIN

    Presque tous les salariés sont bilingues, une condition sine qua non pour travailler dans cet hypermarché de décoration et d’horticulture. Chaque personne doit connaître en français, néerlandais et latin le nom de 150 plantes ! Issu des régions mouscronnoise et courtraisienne, le personnel est composé de fleuristes, pépiniéristes, horticulteurs, spécialistes des poissons d’aquarium et de basse-cour, décorateurs, étalagistes, caissiers et employés de bureau.

     1076983_136013109902262_1154930987_o.jpg

    DSC04572.jpg

    La zone de chalandise de cette entreprise flamande s’étend du nord au sud du pays. Les Français sont également attendus en grand nombre. Vendredi 28 mars, la nouvelle enseigne s’attend à un rush de 2.000 personnes, une fréquentation journalière qu’elle ambitionne de conserver.

    DSC04638.jpg

    DSC04644.jpg

    Les amateurs d'animaux et poissons y trouveront également leur bonheur au sein d'un département sous la responsabilité de Dupont Zoo dont la réputation dans ce domaine n'est plus à faire.

    Très bel album photo réalisé par Sandrine Balcaen d'Estaimpuis ICI

    ou ci dessous l'album a feuilleter reprenant quelques photos de l'ensemble