gare herseaux

  • Accident mortel en Gare d'Herseaux : Alain Verlinden correspondant Nord-Eclair présent sur place et témoin de l'accident décrit son émotion

    herseaux.jpg

    « Gare d’Herseaux, vendredi 17h15, un rayon de soleil illumine le quartier frontalier, joyeux prélude à la ducasse d’automne qui s’y prépare. Une cinquantaine de navetteurs et étudiants descendent du train en provenance de Mons et Tournai.

    Heureux de terminer leur semaine, ils participent à l’ambiance générale. Je me trouve là par hasard, pour récupérer ma fille qui fait partie des passagers. Je lui fais signe, elle a déjà atteint le passage à niveau et attend qu’il se lève pour me rejoindre. Trouvant le temps long, j’observe le train qui se remet enfin en marche vers Mouscron, dégageant la vue du quai n°2 sur lequel s’avancent les derniers passagers.

    En une seconde, se joue le drame qui me repasse en tête sans arrêt depuis 24 heures : à peine la voie dégagée, une jeune fille saute sur le ballast et se précipite sur les voies alors qu’arrive à vive allure un train en sens inverse mais masqué par celui qu’elle vient de quitter. J’hurle pour l’avertir mais en vain : le train la percute de plein fouet. Le bruit de l’impact me glace les os. Ma première réaction, exacerbée par mon métier d’enseignant et le triste spectacle que nous offrent ces dizaines d’ados qui ont pris l’habitude de traverser les voies face à la gare, est la colère : « Faut-il en arriver là pour qu’ils comprennent ? » Aussitôt pourtant, c’est la fibre paternelle qui reprend le dessus. Je me précipite vers l’endroit du terrible impact et découvre un corps inerte, recroquevillé mais qui respire. J’apprendrai plus tard qu’elle s’appelle Camille. Agée de 16 ans, elle revenait de l’institut Saint-Luc où elle était scolarisée. Tandis que je lui tiens la main et lui parle pour tenter de maintenir une conscience qu’elle n’a sans doute déjà plus, j’entends sa maman crier en découvrant le drame. Ann Cloet, première échevine à Mouscron, présente pour la même raison que moi, la tient à l’écart et la réconforte en attendant les secours qui arriveront très rapidement. Je leur laisse accomplir leur mission et quitte les lieux avant d’accomplir la mienne : celle de crier haut et fort ma désapprobation en stigmatisant cette insouciance de la jeunesse qui lui fait braver l’interdit et prendre des risques inconsidérés.

    Évidemment qu’il existe une part de fatalité dans tout accident : pourquoi ce train à vide n’a-t-il pas surgi quinze secondes plus tôt ou plus tard ? Avec toute la compassion que j’éprouve pour les parents de Camille, on ne m’enlèvera pourtant pas de la tête que c’est elle, au départ, qui porte la responsabilité de son acte. Si ce geste irréfléchi, déjà accompli précédemment, par elle et des dizaines d’autres, pouvait ne fût-ce que conscientiser un seul ado, elle ne sera pas morte pour rien ».

    Article de Alain Verlinden pour Nord Eclair Mouscron (edition du 12/10/2014)

  • Coup de Gueule : Mais que font nos politiciens pour éviter la dégradation de la gare d'Herseaux.

    gare herseaux1.jpg

    Nouvelle dégradations à la gare d'Herseaux. Un acte malveillant de plus, qui vient s'ajouter à la très longue série des dégradations gratuites de ces dernières semaines. C'est d'ailleurs des navetteurs résignés qu'on trouve sur le quai, depuis la fermeture de la salle d'attente c'est dans la pluie ou le vent qu'ils observent de jour en jour l'agonie de leur ancienne gare.

    gare herseaux2.jpg

    Spectacle affligeant, pour ces utilisateurs de la SNCB qui ont  découvert l'étendue des dégâts au moment de prendre leur train ce mardi matin,  Du verre partout, des vitres brisées, il fallait bien faire attention où l'on mettait les pieds. Pour le choix des projectiles, les casseurs n'ont pas eu à chercher bien loin, se servant allègrement du ballast disposé sur les rails ainsi qu'une bouteille de champagne  Ils se sont alors déchaînés sur les fenêtres du bâtiment entièrement laissé à l'abandon  il y a quelques mois. Circonstance agravante en plus de la détérioration du batiment les installations deviennent un vrai dépotoir.

    gare herseaux3.jpg.png

    En plus des dégradations à la gare les navetteurs s'inquiètent du climat d'insécurité qui règne sur les quai après 17h00 et la non plus personne n'a l'air de se soucier du problème. Ou sont donc nos politiciens .....

    Ecolo Mouscron se bat activement pour faire reprendre la gare par la ville de Mouscron mais manifestement un des 2 acteurs de cette transaction (  la majorité communale ou les service de la SNCB) ne montre pas beaucoup de bonne volonté pour fair aboutir le dossier.

    gare herseaux4.jpg.png

    Eddy Vercleven

  • Estaimpuis - Opération "touche pas à mon train" en gare de Herseaux

     

     

    DSC04138.JPGC'est sur le coup de 17h00 qu'à la surprise des navetteurs on pouvait voir sur les quai de la Gare d'Herseaux le député Bourgmestre d'Estaimpuis et la députée Annick Soudoyer en train de distribuer des tracs expliquant leur action du jour dénommée " Touche pas à mon train - j'aime ma gare"

    Daniel senesael quel est le but de votre opération de sensibilisation de ce jour ?

    "La SNCB propose un nouveau plan de transport et de mobilité. Les propositions avancées vont une fois de plus vers une moins bonne mobilité… En effet, ce sont les « grandes » gares qui seront privilégiées au détriment des gares rurales. En Wallonie picarde, certains temps de parcours seront rallongés vers la capitale et des trajets seront considérés comme secondaires… En outre, des trajets directs comme Herseaux – Bruxelles seront supprimés… Et la liste est loin d’être exhaustive !

    gare01.jpg

    A l’heure où l’on prône les réductions d’émissions de CO2, la mobilité multimodale et où l’on tente d’éviter le tout à la voiture, ce nouveau plan de transport déforcera encore une fois les gares rurales au profit des « grandes gares » pour les navetteurs en général et les personnes fragilisées en particulier.

    Concrètement, ce nouveau plan représenterait une diminution de 23% de l’offre générale alors même qu’au cours de ces dix dernières années on constate une augmentation de près de 60% des usagers.

    Encore une fois, ce sont les usagers des zones rurales (Estaimpuis, Dottignies, Herseaux…) qui seront lésés. Et la gare d’Herseaux, déjà menacée par le nouveau Schéma de Développement de l’Espace Régional, en pâtirait à nouveau.

    gare02.jpg

    En effet, si ce plan venait à se confirmer, la gare d’Herseaux verrait une réduction de 50% des trains en direction de Bruxelles. Par ailleurs, il n’y aurait plus de train direct entre cette gare et la capitale.

    A l’heure où l’on veut nous inciter à délaisser la voiture notamment par le biais de taxes injustes (taxeDSC04142.JPG kilométrique,…) voilà qu’on fragilise encore nos transports publics. C’est inacceptable ! Où est la cohérence ?

    A côté de cela, ce nouveau plan prévoit une augmentation générale des temps de parcours avec la perspective illusoire d’améliorer ainsi la ponctualité.

    La mise en œuvre de ces dispositions fragilisera inévitablement les plus précaires qui auront encore plus de mal à se rendre au travail et devront passer plus de temps encore dans les transports au détriment de leur vie de famille ! DSC04136.JPG

    Ailleurs en Wallonie picarde, des gares seront déforcées. Ainsi les trains Ath – Mons comptent actuellement 32 minutes de trajet. En décembre 2014, on dénombrera 50 minutes de trajet avec des arrêts de 16 min à Jurbise. Le trajet voiture est de 45 minutes…

    Le premier départ d’Ath vers Lessines et … la Flandre est à 06h24. Ce qui empêche les travailleurs régionaux d’avoir un emploi de journée en Flandre… auparavant le 1er train arrivait à 05h41.

    Par ailleurs, il n’y a aucune adaptation des cadences des trains entre Ath et Mons pour les week-ends alors que le parc Pairi Daiza va générer un flux important de voyageurs…

    Pour toutes ces raisons, nous disons NON à ce plan. Nous sommes CONTRE la politique de la rentabilité que la SNCB veut imposer mais POUR la défense d’un véritable service public. gare03.jpg

    Si on ne veut pas être obligé, lorsqu’on a les moyens de s’en payer un, d’utiliser nos véhicules pour nous déplacer, il faut nous défendre. C’est pourquoi il est essentiel de mobiliser le plus grand nombre afin de nous faire entendre. Ensemble nous sommes plus forts ! C’est pourquoi nous avons besoin du soutien des usagers ! Il faut répondre présent pour affirmer notre désaccord par rapport à ce plan 2014 et sauver nos gares."