franck michael

  • Frank Michael, le rayon de soleil de ce premier SummerFestival hurlu.

    DSC08583.jpg

    Une première en demi-teinte pour le Summer Festival à la sauce mouscronnoise. Les organisateurs, déçus, mais pas abattus, ont pu compter sur un Frank Michael en grande forme qui a mis le feu au chapiteau ce dimanche après-midi à l’heure du goûter.

    Devant l’entrée du Summer Festival, ça se bouscule déjà et nous sommes trois heures avant le concert de Frank Michael, celui que l’on surnomme « le chanteur des amoureux. » Elles, et même certains hommes, veulent toutes être aux premières loges pour pouvoir dévorer « Frank » du bout des yeux. Tel un guérisseur, il leur a fait oublier tous les maux du quotidien. « On risque de le payer demain, mais ce n’est pas grave on veut profiter à fond », plaisante une dame à la permanente impeccable habillée de sa plus belle robe.

     DSC08649.jpg

    Ici, la moyenne d’âge approche clairement la soixantaine et pourtant, on aurait dit qu’elles avaient toutes retrouvé leurs 20 ans l’espace de quelques heures. « On vibre vraiment quand Frank est sur scène » souligne Jocelyne qui connaît le répertoire du chanteur par cœur. Les minutes s’égrènent et la tension monte. Le public qui attendait calmement s’est soudainement soulevé comme un seul homme une fois que le chanteur, bien conservé malgré ses 68 balais, a entonné les premières paroles. Les bras se lèvent, les lèvres vibrent, les yeux pétillent, c’est du délire dans l’immense chapiteau. C’est que le bel italien sait y faire pour mettre son public dans sa poche. « Il est toujours très proche et n’oublie jamais de nous remercier ou de nous faire des compliments. En plus d’être beau, c’est un véritable show-man », assure Françoise en transe avec son bouquet de roses blanches et rouges à la main. Après plus d’une heure et demie de concert, l’artiste salue son public qui en redemande. Les organisateurs avaient vu juste en faisant venir Frank Michael. Une véritable machine de guerre qui continue de faire rêver ses fans. Déçus, mais pas abattus, les organisateurs comptent bien remettre le couvercle l’an prochain. « On n’a pas eu l’assistance espérée, même si ce dernier concert est une réussite », souligne Jean-Marie Hoedemaeker. « On va faire le bilan de cette première, mais on compte bien remettre le couvert l’an prochain », conclut-il déterminé. 

    DSC08628.jpg

     

    Toutes les photos ICI