consommation vin belge

  • Consommation : Le vin belge devient tendance, malgré son prix

    vins belges.JPG

    Le vin belge, ce n’est pas de la bibine et encore moins de la piquette ! Si ces produits restent chers, leur qualité ne cesse de monter. C’est le cas aussi du nombre de viticulteurs recensés en Belgique.

    La quantité de vin produit chez nous en 2013 a doublé par rapport à l’année précédente. Le SPF Économie explique cela par le fait que la récolte 2012 avait été maussade, à cause des mauvaises conditions météorologiques. L’année passée, la production belge s’est élevée à 553.395 litres, constate Ghislain Houben, professeur à l’université de Hasselt.
    Les vins mousseux représentent 48 % de la production totale en Belgique. Suivent le blanc (32 %),le rouge (16 %) puis le rosé (3 %). Le dernier pour cent représente les pertes, soit 3.152 litres. L’année dernière, 51 viticulteurs (dont 19 Wallons) ont demandé un agrément dans le cadre des différentes appellations d’origine protégées (AOP) ou indications géographiques protégées (IGP). C’est 22 de plus qu’en 2012. Le professeur Houben a répertorié 94 viticulteurs en 2013, pour 91 en 2012.
    John Collijs est un amateur de vins belges. Presque tous les jours, il vient les présenter tantôt à un cuisinier, tantôt à des quidams dans une foire aux vins.« Je propose 23 domaines belges différents sur mon catalogue de vente de vins en ligne », explique cet homme qui habite à Coxyde. Cela ne l’a pas empêché, lundi, de proposer une dégustation de vins et d’alcools belges dans un showroom à Cuesmes. « Quand j’appelle pour participer à une foire, on me répond souvent qu’il n’y a plus de place. Mais quand j’ajoute que je vends des vins belges, 90 % des gens me disent qu’ils peuvent finalement m’accueillir car il y a une demande. »

    DU BELGE DANS LES ÉTOILES

    Une demande de plus en plus forte même si la surface totale des vignobles en Belgique dépasse à peine les 180 hectares. « C’est l’équivalent d’un grand vignoble dans le Bordelais ». C’est pour cette raison que le vin produit en Belgique n’est pas bon marché. « Les entrées de gamme commencent à 8 voire 9 euros... mais vous avez des vins qui se vendent bien plus que 20 euros. Il faut savoir que les viticulteurs en Belgique ont dû beaucoup investir dans le matériel. » Des investissements récents qu’il faut amortir. « Sans oublier le fait que les cépages utilisés chez nous sont traditionnels et plus chers que les autres. » John Collijs l’avoue : « Il est difficile de gagner sa vie en proposant du vin belge... car la marge est beaucoup moins importante ». Parmi ses clients, le patron du site Oeno Belgium compte de nombreux cuisiniers étoilés. « Le fait de proposer un vin belge à la carte des grands restaurants devient tendance. Ils peuvent se permettre de proposer les meilleurs crus et de multiplier les prix par deux voire par trois"

    Source: article PIERRE NIZET nord Eclair 18/11/2014