clun echangiste

  • Pecq: le CPAS vend du terrain au club échangiste qui veut agrandir son parking!

    Il y a près de dix ans que le patron de la boîte échangiste lorgne sur un terrain appartenant au CPAS dans le but de pouvoir y agrandir son parking trop petit les soirs d’affluence. Il peut enfin l’acheter, ce qui rendra un peu de quiétude aux riverains de la rue de Tournai puisque le parking comptera 70 places !

    minoii.jpg

    Il y a près de 10 ans on parlait déjà à Pecq de la vente d’un terrain du CPAS pour permettre au club échangiste d’agrandir la superficie de son parking. Une vente à laquelle la présidente du CPAS de l’époque, Christelle Loiselet, s’était toujours opposée.

    Changement de présidence, changement de façon de faire... et besoin d’argent frais ont modifié la donner. Cette fois, on peut l’annoncer: le CPAS va vendre un terrain au club.

    Le 20 mai, le projet d’acte de vente au Mi-noï d’un terrain appartenant au CPAS a été accepté par le conseil du Centre public d’action sociale de Pecq.

    Il s’agit d’un terrain qui est actuellement cultivé, d’une superficie de 61 ares, jouxtant le bâtiment du club échangiste, le long de la rue de Tournai.

    SEPTANTE PLACES DE PARKING

    «L’objectif poursuivi par le club est d’en faire un parking d’une septantaine de places», explique le bourgmestre Marc D’Haene qui, ces dernières années, a souvent été confronté à la grogne des riverains du club échangiste. «Le parking actuel est trop petit et, les jours d’affluence, les véhicules se stationnent un peu n’importe comment, souvent au mépris des règles de sécurité. Les sorties et les entrées dans les véhicules, les portières qui claquent, les moteurs qui s’allument, entraînent aussi des nuisances pour les riverains», ajoute le bourgmestre qui se réjouit de la solution enfin intervenue.

    Tout devrait donc, le conseil de l’action sociale s’étant prononcé, aller très vite pour cette vente. Le prix a été fixé à 40.000 euros, somme à laquelle il convient d’ajouter 6.000 euros, correspondant à une indemnité d’éviction pour l’agriculteur.