clown

  • Famiflora offre 1.000 euros à Hopiclown

    famiflora.JPG

    Mercredi dernier, les responsables du magasin Famiflora ont remis un chèque de 1000 euros à l’association Hopiclown. Cette somme vient des bénéfices réalisés par l’enseigne lors de sa première « Ladies Night » qui a rencontré un franc succès il y a quelques semaines. L’association Hopiclown a pour objectif d’aider les enfants et leurs familles à mieux vivre leur hospitalisation. Grâce à leur nez rouge, leurs tours de magie et leurs histoires, ils apportent un peu de joie dans les hôpitaux depuis 1995.

  • Tournai : Un gentils clown sympa repéré près de la gare.

    clown tournai2.jpg

    Vendredi 31 octobre 2014 vers  14h00 un clown était aperçu près de la gare de Tournai . Il était au comptoir de la friture « au café de Paris » occupé de servir des frites à des clients amusés. Intrigué par la chose nous avons traversé la rue nous nous sommes rendus  sur place pour vérifier que l’on ne rêvait pas. Et bien non Il y avait bien un clown et contrairement à la rumeur de ces  dernier  jours celui-ci était gentils et nous a servi une excellente portion de frite.

    Merci à Gregory Dinoir le sympa patron de l’établissement d’avoir joué le jeu de l’humour et dédramatisé les rumeurs de ces derniers jours concernant les méchants clowns sur Tournai.

  • Tournai: les clowns fleurissent un peu partout et la police est noyée d'appels

     clowns signales tournai.JPG

    Les blagues les moins bonnes sont décidément les plus longues. Après plusieurs signalements auprès des écoles du Tournaisis cette semaine, des faux clowns continuent en effet à être mentionnés un peu partout. À la zone de police du Tournaisis, on se dit un peu impuissant face à ce phénomène.

    Plus d'infos  ICI



  • Estaimpuis :« Ce conseil communal, c’était le cirque Bouglione »

    senesael.jpgOn a assisté à un conseil communal plutôt surréaliste mercredi soir à Estaimpuis. Daniel Senesael, d’habitude diplomate dans ses réponses, a cette fois été très « cash », voire parfois choquant. L’opposition est outrée par les propos qu’il a tenus et l’accuse d’être venu en état d’ébriété. Le bourgmestre dément et s’excuse pour ses réponses.Un conseil communal à Estaimpuis dure en général 30 minutes à une heure selon l’actualité. L’opposition pose des questions, le bourgmestre y répond et on s’en tient là. Mais ce mercredi soir, il y a eu du spectacle. Si en général, les réponses de Daniel Senesael aux différentes interpellations de ses adversaires politiques se font de manière très diplomate, il n’en a cette fois pas été de même. On a assisté à un show de Daniel Senesael parlant parfois, souvent même, de façon déplacée, à l’opposition IC et Ecolo. Ses collègues du PS semblaient assez gênés. Et à la sortie du conseil communal, tout le monde semblait un peu « sur le cul ». L’opposition fulminait. L’un des conseillers a ainsi lâché : «Quel cirque ! Ce conseil, c’était Bouglione ! » Encore ce mercredi, la plupart n’en revenaient toujours pas. «C’était une situation surréaliste.


    Le bourgmestre n’était pas dans son état normal et n’a pas donné de réponses normales », précise Pauline Trooster, chef de file Ecolo, sans vouloir faire plus de commentaires. Nous avons appelé Daniel Senesael hier, pour le questionner sur ce soudain changement de comportement. «J’ai été moins diplomate que d’habitude », reconnaît-il, «et je tiens à présenter mes excuses. Nous ne sommes pas des machines. Il y a des moments où nous sommes plus cléments, d’autres où nous sommes plus énervés. Hier, j’ai eu un tel enchaînement d’événements qui a fait que j’étais moins favorable à l’écoute. Je le répète, je m’en excuse. » Mais même avec des excuses, les conseillers IC et Ecolo risquent d’avoir du mal à digérer les paroles qu’ils ont entendues. Patrick Van Honacker, chef de file du groupe IC, a ainsi eu droit à propos du centre équestre à : «Vous êtes à côté de vos pompes. C’est très mauvais ce que vous avez fait avec le centre équestre. Vous n’avez pas su gérer, j’ai dû remettre de l’ordre dans tout ça. » Concernant une question d’Adeline Capart (IC) sur l’agora, Daniel Senesael a répondu : «Je dirai à la police et à l’administration qu’elles ne travaillent pas bien, de votre part. » Et Pauline Trooster, dont le bourgmestre avait apparemment oublié le nom pendant un moment, a quant à elle été qualifiée de «sourde aux bons arguments. » Bernard Wattez a lui eu plus de chance. Daniel Senesael lui a lancé un «Je vous apprécie beaucoup ! » «Ça, c’est parce qu’il sait que moi je lui serais rentré dedans… », précise le conseiller IC qui, sans jamais rien dire, fulminait sur sa chaise durant tout le conseil. «La façon dont le bourgmestre répondait, c’était insupportable ! C’était vraiment des insultes.


    Toutes nos questions, et celles d’Ecolo, étaient pertinentes, nous n’avons eu aucune réponse. C’est inadmissible, il était en état d’ébriété », explique Bernard Wattez qui souligne que le phénomène n’est pas nouveau. Daniel Senesael dément : «Je n’étais pas du tout dans un état second. J’avais pris des cachets pour la grippe le matin, mais j’étais tout à fait normal ! » Mais pour l’opposition, c’est allé trop loin. «C’était blessant. J’avais préparé un petit poème sur Vantieghem expert à l’IEG, mais je ne l’ai pas dit, ce n’était pas le moment. La situation était vraiment lamentable. C’était le pompon », raconte Bernard Wattez.


    Le groupe IC ne compte pas en rester là. « Il faut que nous puissions dire ouvertement ce que nous pensons. Il y aura une réaction », prévient le conseiller IC. Réaction que les conseillers ont préféré ne pas avoir mercredi soir, pour ne pas en rajouter une couche.

    SARAH LIBBRECHT Nord Eclair