claude robette

  • La piste criminelle serait privilégiée autour du décès de Claude Robette à Tournai

    robette.jpgLe 19 décembre dernier, le corps de Claude Robette, un sexagénaire tournaisien, était retrouvé inanimé dans l’Escaut. Un décès qui est très vite apparu comme suspect, en raison de nombreux éléments très troublants autour de la disparition de l’homme. Aujourd’hui, l’enquête semblerait privilégier la piste criminelle, même si certaines questions demeurent en suspens.

    Alors que l’enquête sur Claude Robette, ce sexagénaire tournaisien porté disparu à la mi-décembre 2013 et retrouvé mort le 19 de ce même mois au petit matin par un éclusier de Kain avance, son décès apparaît de plus en plus suspect.

    En effet, si l’identification du corps repêché dans l’Escaut par les pompiers tournaisiens s’était révélée fastidieuse pour les enquêteurs – la victime ne portait pas de carte d’identité sur elle – certains détails semblent aujourd’hui indiquer que l’homme ne serait pas mort noyé.

    Tout d’abord, une blessure à l’abdomen a été relevée sur le corps de Claude Robette. Et selon un proche qui a suivi l’évolution du dossier, « il n’avait pas d’eau dans les poumons » lorsque son corps a été repêché. Autre détail étrange concernant sa disparition, on a retrouvé des clés de voiture Peugeot dans sa poche. Or, la voiture de Claude Robette a été localisée sur les quais de la Dorcas, fermée à clefs.

    Si l’instruction est toujours en cours donc, une piste criminelle ne serait pas à exclure et semblerait même privilégiée. Une piste qui s’appuierait aussi sur les questions légitimes autour des fréquentations de Claude Robette ces derniers temps.

    En effet, il faut dire que l’homme fréquentait les bistrots de la cité des cinq clochers et était d’ailleurs fort connu à Tournai. Il suffit de voir son profil Facebook et les messages de désolation publiés suite à sa mort pour s’en rendre bien compte.

    De ce fait, on peut même dire que Claude Robette était une figure locale de la Grand-Place et des alentours, réputé pour sa bonhomie et également pour sa serviabilité. Bien connu, le sexagénaire semblait également multiplier les rencontres ces derniers temps. On parle notamment de rencontres féminines surtout. Dans l’entourage et chez les enquêteurs, on se pose donc des questions.

    C’est également le cas de ses collègues, qui, en dehors de louer le travail de Claude Robette dans l’entreprise Cardon Logistique dans laquelle il travaillait et où il semblait très apprécié, ont entendu des choses bizarres circuler au sujet du Tournaisien. C’est notamment le cas de ce collègue qui relève que « d’après certaines personnes, ses comptes bancaires auraient été piratés quelques jours avant sa disparition ».

    Un élément suspect de plus même s’il convient de le mettre au conditionnel. C’est d’ailleurs le sentiment général qui prédomine, car beaucoup de choses circulent autour de Claude Robette et c’est aux enquêteurs de discerner le vrai du faux.

    Du côté de sa famille proche, on ne dément pas dans tous les cas qu’il existe de nombreux éléments troublants autour de la mort de Claude Robette, mais on refuse de faire plus de commentaires pour l’instant.

    Raphael Tassart et Damien Vranckx sudpresse