banque

  • Tournai : Touché par l’arnaque des cartes bancaires américaines

    cartes bancaires.JPGLe « filon » des arnaqueurs était simple et rapportait gros : ils copiaient les données de cartes de crédit d’Américains via un appareil. «

    Une fois les données transférées, les membres du réseau effectuaient des retraits ou des achats en Belgique. «Il arrivait qu’ils revendent par ici ou qu’ils expédient au Nigeria ce qu’ils avaient acheté. Ils renvoyaient fréquemment l’argent au Nigeria via Western Union », poursuit l’avocat. Ce sont des caméras de surveillance installées dans les banques belges qui ont permis d’effectuer les premières interpellations qui ont été suivies par des perquisitions un peu partout dans le Royaume. «Certains étaient déjà connus pour ce type de faits », précise Cédric Druard. C’est en septembre 2013 que les enquêteurs ont mis la main sur les premiers « arnaqueurs » à Tournai. D’autres ont été surpris à Mons, Anvers,... Fin décembre, d’autres interpellations avaient encore lieu dans le cadre de cet énorme dossier. Dans un mois, la comparution des différents intéressés "une dizaine d’individus" sera fixée devantle tribunal correctionnel de Mons. Pour l’instant, cinq sont incarcérés. Le client de Cédric Druard âgé de 50 ans originaire du Nigeria est de nationalité allemande et vit en Espagne. Il a toutefois été interpellé lui aussi en Belgique. Libéré sous condition, il comparaîtra ce mardi devant la Chambre des mises en accusation suite à l’appel du ministère public. «Il est toujours incarcéré car le parquet a fait appel », explique son avocat qui précise que malgré son âge, son client n’a pas d’antécédent.

    Il est beaucoup plus facile de trafiquer les données d’Américains car il n’y a pas de puce sur les cartes juste une bande magnétique », explique Cédric Druard, avocat de l’un des trafiquants. Rien que pour son client et deux complices, le préjudice pour la période entre juin et septembre 2013 a été estimé à 34.000 euros !