arnaque facebook

  • Gare aux faux Di Rupo sur Facebook : Non, il ne vend pas des crédits!

    dirupo facebook.jpgUn prêt pour votre entreprise? Pour acheter une nouvelle voiture? Pour rénover votre maison? Un petit crédit à la consommation? C’est à vous de voir. Tout est possible, foi d’Elio Di Rupo. C’est même vous qui décidez de vos mensualités! Il y a une adresse de contact, une collaboratrice de notre Premier ministre sans doute...

    C’est gros? Oui, sans doute... Sauf que le faux Elio est ami avec plusieurs milliers de personnes, des citoyens, des journalistes, d’autres politiques et que de nombreux messages de soutien fleurissent sur son mur. Alors, même si c’est énorme, cela peut sans doute déstabiliser certaines personnes qui pensent sincèrement suivre là leur Premier ministre.

    « Ce n’est, hélas, pas la première fois que cela se produit », commente, désabusé, le porte-parole du Premier minitre (le vrai, celui-là!). « Je confirme qu’il ne s’agit pas du piratage du compte de Premier, mais d’un faux compte, comme tous les autres que vous pouvez trouver. En fait, c’est très simple: le Premier n’a qu’un seul vrai compte. Il a été liké par près de 80.000 personnes et on le reconnapît facilement: c’est le seul qui comporte une sorte de petit «v» (lettre blanche dans un rond bleu) à côté de son nom. C’est un signe d’authenticité et c’est la même chose sur Twitter d’ailleurs. »

    Les plus perspicaces relèveront néanmoins deux incongruités sur le mur du faux Elio: la révélation qu’il a travaillé dans un magasin de vêtements, à Los Angeles et l’aveu qu’il habite Belgique, une petite ville américaine du Missouri.

    « De toute manière, nous déposons plainte à chaque fois », poursuit le porte-parole d’Elio Di Rupo. « Nous contactons la Computer Crime Unit de la police fédérale. C’est aussi l’occasion de rappeler aux gens qu’ils ne doivent JAMAIS répondre à un message, prétendument envoyé par le Premier ministre, qui leur demanderait des infos ou de l’argent. »

    Tous nos ténors politiques ne séduisent pas les escrocs ou autres hurluberlus. Un rapide tour d’horizon nous a permis de dénicher un faux Herman van Rompuy qui utilise une photo identique au vrai compte du président européen et propose, lui aussi, des prêts à faire pâlir d’envie tous les banquiers du monde.

    Didier Reynders est une autre cible des faussaires. « Didier Reynders (une caricature de Kroll et la couverture de son dernier ouvrage en guise de photo, NdlR) et Didier Reynders bis (une photo du ministre avec des drapeaux, NdlR), plus une page fan (où on le voit version Stromae avec un noeud papillon bleu) sont les seules pages officielles. Les autres, ce sont des faux », précise l’un de ses porte-parole. « Le ministre a fait, une seule fois, l’objet d’un piratage, en 2010. On avait remplacé sa photo par celle de Michel Daerden. M. Reynders a déposé plainte, on a facilement retrouvé le pirate. Il s’agissait d’un jeune Hutois. »

    Le jeune homme a pris conscience de son erreur... « Il a réparé; une réparation à but pédagogique et utile », poursuit la porte-parole. « A la suite de la procédure de médiation, le mineur a dû apporter, pendant une semaine, son aide à une association pour mettre au point un module de prévention relatif aux risques liés à l’utilisation des nouvelles technologies et pour animer des groupes de jeunes élèves de première et de deuxième secondaire. »