antoing

  • Amateurs d'objets vintage et de créations d'artistes, on a trouvé la boutique qu'il vous faut.

    C’est une boutique comme Antoing a peu l’habitude d’en accueillir, qui vient d’ouvrir ses portes dans le bas de la Grand-Rue. Le fruit de la passion que deux jeunes Français sympas et très motivés nourrissent pour l’art, le design et les objets vintage. Visite guidée de ce magasin-galerie « sous-influence.com » ouvert le samedi et sur rendez-vous.

    antoing.jpg

    Mais qu’est-ce qui a bien pu amener deux artistes du nord de la France à Antoing ? «  Le hasard  », répondent Bérengère Motuelle et Alexandre Moercant.

    Ce dernier, architecte d’intérieur, a travaillé quelques années à Mons et voulait se trouver un pied-à-terre à mi-chemin. D’autant plus qu’il connaissait déjà bien la région : comme sa compagne, il a suivi des études à Saint-Luc.

    Voilà pourquoi, il y a six ans, le jeune Dunkerquois a jeté son dévolu sur une ancienne quincaillerie dont l’arrière offre une vue sur le château des Princes de Ligne. Aujourd’hui, l’heure de la transformation a sonné. L’heure de la concrétisation du rêve de ces deux passionnés aussi. «  Nous avions envie de nous faire plaisir  », disent-ils.

    Lui travaille comme architecte d’intérieur, elle comme designer pour enfants. Et cette boutique sous-influence.com, c’est un peu la cerise sur leur gâteau professionnel.

    «  Nous n’y proposons à la vente que des objets qui nous plaisent. Tout ce qu’on mettrait chez nous, en fait !  ». À savoir des œuvres d’art, des objets anciens chinés, des articles de décoration créés par des artistes belges et français, du mobilier et même des objets pour enfants conçus par Bérengère, déjà très connue dans le monde restreint des designers pour enfants.

    «  Nous sommes ouverts à toutes les formes d’art !  » dit la future mère de famille «  pourvu que nous ayons des coups de cœur  ». Et son compagnon de renchérir : «  Nous essayons de vivre de notre passion. Ce n’est pas toujours évident mais c’est tellement plus joli !  ».

    Marie Braquenier sudpresse