Web Analytics

ESTAIMPUIS: Détrôner le PS ne sera pas facile

Le tout puissant PS déjà en ordre de bataille

Quentin Huart, président de l’USC, avait présenté la liste PS-LB en janvier dernier.

Si la liste PS-LB est quasiment complète depuis les vœux de janvier, deux hommes se dégagent de la mêlée : Daniel Senesael, bourgmestre depuis 1995, et Quentin Huart, pour qui il s’agira de la première élection communale en tant que candidat. Un retournement de situation total paraissant improbable, les autres partis vont surtout tenter d’améliorer leur score...

Du côté de l’entité d’Estaimpuis, le groupe PS-LB occupe une majorité confortable. Très confortable même, puisqu’il a pris à son compte 16 des 21 sièges du conseil communal. Si les autres formations politiques vont tout tenter pour renverser la vapeur, il faudra cravacher plus que de raison pour espérer tirer son épingle du jeu. Car on a déjà pu l’apercevoir, la machine socialiste, toujours bien huilée, est déjà en ordre de marche. Il y a peu, la majorité socialiste a lancé des débats abordant différentes thématiques et permettant aux citoyens de s’exprimer. À la même période, Daniel Senesael et plusieurs de ses échevin(e)s ont aussi fait le tour des chantiers de l’entité. Tout ça n’est évidemment pas anodin. Lors de l’ouverture de la saison touristique, début du mois, à Estaimbourg, nous avons également pu apercevoir plusieurs personnes qui figureront sur la future liste du bourgmestre arborer fièrement un badge rouge évoquant leur candidature. Au PS, pas de doute, la campagne a déjà débuté depuis longtemps.

LE MAÎTRE ET L’ÉLÈVE

La liste (quasiment) complète est même déjà connue depuis les vœux du mois de janvier. Comme l’avait promis le président de l’USC Quentin Huart, on y trouve pas mal de nouveaux visages, du sang neuf qui apporte un peu de fraîcheur par rapport à un Collège qui se faisait vieillissant. Au milieu de la meute, ce ne serait cependant pas faire offense aux autres de signaler que deux hommes sortent du lot : Daniel Senesael, qui occupera la dernière place, et Quentin Huart, qui se trouvera à l’autre extrémité de la liste. Bourgmestre d’Estaimpuis depuis janvier 1995, celui qui était encore parvenu à faire 2.718 voix de préférence (son plus proche poursuivant, Christian Leclercq, n’avait récolté « que » 750 voix) il y a six ans est partout. À plus de 60 ans (il a fêté ses 61 ans le 13 janvier), on pourrait croire que le poids de l’âge commence tout doucement à se faire sentir. C’est peut- être le cas, mais cela ne se voit pas. Et le temps qui passe ne semble avoir aucune emprise sur lui. Même en se réveillant dès potron-minet pour assurer ses permanences (très) matinales et après avoir enchaîné une journée harassante à la maison communale de LeersNord ou sur les bancs du parlement fédéral, il n’est pas rare de le voir serrer des pinces ou même se dandiner au son de la musique à l’un ou l’autre événement organisé dans sa commune. À ses côtés, il y a donc Quentin Huart. Si d’aucuns présentent déjà le jeune homme comme le digne successeur de son ancien patron, il faudra attendre le verdict des urnes avant d’en être convaincu. Car pour celui qui est devenu président de l’USC et qui a été propulsé président du CPAS en juillet dernier, ce qui n’avait pas, mais alors pas du tout plu à l’opposition, il s’agira finalement d’une première élection en tant que candidat. Que Quentin soit allé à bonne école saute en tout cas déjà aux yeux. Le poulain de Senesael est déjà partout et s’occupe d’organiser toutes sortes d’activités. Et quand un Estaimpuisien évoque l’un ou l’autre problème sur les réseaux sociaux, il n’est pas rare de le voir réagir et tenter de trouver une solution. L’élève est même parfois plus rapide que le maître...

Chez les autres ?

On a pu le voir lors des derniers conseils, avec quelques banderilles lancées en direction de la majorité, l’opposition représentée par les partis I.C.-cdH et Ecolo ne va pas se présenter devant les urnes en victime consentante. Oui, le combat sera âpre ; oui, faire face à la toute-puissance socialiste risque de ne pas être évident, mais ils sont prêts à aller au front. Avec l’objectif de grappiller quelques sièges… Où en est-on au niveau des listes ? On devrait en savoir plus très prochainement. Ecolo (qui a actuellement deux conseillers, Pauline Trooster et José Lericque) va sans doute lever un coin de voile le 28 avril à l’événement « Les Verts fêtent leur anniversaire » tandis que I.C.- cdH (Patrick Van Honacker, Bernard Wattez et Adeline Capart sont les actuels conseillers) organise une conférence de presse le 3 mai. Aucune nouvelle du MR, ni de Charles Veraeghe, plutôt discret.

Article NICOLAS ROOZE Nord Eclair

 

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel