Web Analytics

Estaimpuis : sept débats pour connaître les volontés des citoyens

«  Notre rôle premier a toujours été de tenir compte de l’avis général de nos concitoyens  » indique Daniel Senesael, bourgmestre d’Estaimpuis depuis 1995. La commune de l’original, mais efficace, député bourgmestre est à un tournant de sa récente histoire. Après 23 années de pouvoir, Daniel Senesael passe le relais à Quentin Huart, qui défendra bec et ongles sa liste pour succéder au bourgmestre actuel. Comme il y a six ans, les citoyens estaimpuisiens sont amenés à s’exprimer sur sept grandes thématiques  «  Nous en avions organisé trois ou quatre lors des précédentes élections. Nous étoffons notre agenda pour permettre à nos habitants de donner leur avis sur tout.  » Le but premier de cette initiative ? Connaître les requêtes de ceux qui vivent dans l’entité. Les partisans de la majorité en place, comme les autres. «  Nous voulons co-construire un programme réaliste et terre à terre. Chaque personne peut y apporter sa pierre à l’édifice  » résume Quentin Huart, la tête de liste.

Des experts pour guider

La première de ces sept soirées à thème s’est tenue mardi soir à Evregnies, dans l’agence Cogeppa en compagnie d’une coordinatrice du Forem (Isabelle Cabusat) et d’un chef d’entreprise (Jean Michel Reheul). «  Chaque soirée a ses intervenants. Des gens qui connaissent les réalités du terrain et qui sont là pour nous aiguiller. Les citoyens peuvent prendre le pouls de chaque problématique pour mieux les connaître et a posteriori, soumettre eux-mêmes des idées auxquelles nous n’aurions pas pensé.  »

Il y a six ans par exemple, Bea Diallo (ancien boxeur et échevin à Ixelles) était venu échanger avec les citoyens sur l’importance du sport pour les jeunes. «  Dans les cités bruxelloises, ils ont créé des aires de sport. La petite délinquance a diminué. Son idée a été reprise. Des aires de jeux ont été installées et des éducateurs désignés. Des suggestions comme celle-là, on est preneurs.  »

Passation de pouvoir

Quant à la question du timing. Le premier scrutin électoral arrivera en octobre. À un peu plus de six mois de l’échéance, le moment est bien choisi. Le retour des citoyens permettra d’élaborer un questionnaire qui sera distribué dans tous les foyers de la commune. «  Nous pourrons construire un programme sur mesure pour les six prochaines années. Un programme réalisable, pas utopique.  » Outre les élections, le groupe PS-LB est prêt également à un sacré bouleversement : la passation de pouvoir annoncée et attendue depuis plusieurs mois. Daniel Senesael s’efface doucement au profit de celui qu’il a patiemment formé. Nouvelle tête de liste, Quentin Huart assume son rang. Cette campagne, les deux hommes la feront ensemble, jusqu’au bout…

source : article A.P. Nord Eclair

Les commentaires sont fermés.