Estaimpuis : Permettre aux « p’tits vieux » de rester à Estaimpuis via une résidence-services financièrement accessible

Deux terrains sont convoités à Estaimbourg pour la création d’une résidence. L’objectif est simple : construire un site qui devra rester financièrement accessible aux habitants de l’entité. Le prix ne devra pas dépasser 1.200 euros par mois, soit 600 euros de moins qu’ailleurs… Un beau défi !  
 
Résultat de recherche d'images pour "vieilles personnes en home"
On ne sait pas à quoi ressemblera la future résidence, on ne sait pas non plus, à ce stade, ce qu’elle coûtera, si des aides pourront être sollicitées, et où elle se situera à Estaimbourg ?
 
Mais on peut néanmoins déjà dire que ce sera un beau dossier dans sa philosophie ! La commune et le CPAS d’Estaimpuis ont un projet de construction d’une résidence-services dans le village d’Estaimbourg. Et quel que ce soit le projet qui sera développé, il ne devra pas coûter plus de 1.200 euros par mois à ses résidents ! Bien en deçà de la moyenne de ce genre de résidence où l’on est rarement en dessous des 1.800 euros. C’est en tout cas ainsi dans le privé.
 
Alors que la maison de retraite Edelweiss (Estaimpuis) vient de déposer une demande de permis d’urbanisme pour la création d’une résidence de 55 appartements, Daniel Senesael souhaite mener « la réflexion à l’envers ! »,c’est-à-dire en ne visant pas la rentabilité comme critère prioritaire ! « Nous voulons offrir des logements accessibles au plus grand nombre. Dans le privé, il faut compter 1.800 euros par mois pour pouvoir vivre dans une résidence-services. Ce qui est élevé et qui n’est pas à la portée de tous les Estaimpuisiens. Nous voulons ne pas dépasser un maximum de 1.200 euros.
 
En conclusion, nous déciderons du projet en fonction de ce critère et nous construirons une résidence-services communale pour pouvoir donner la priorité aux Estaimpuisiens. Nous avons le droit de faire ainsi, le droit de permettre aux Estaimpuiens de rester le plus longtemps possible dans notre entité. Nous souhaitons offrir aux seniors de l’entité une étape intermédiaire entre leur domicile et la maison de repos », avance le maïeur.
 
C’est dans ce but que la commune et le CPAS ont choisi d’investir dans une résidence plutôt que dans une maison de repos. Le CPAS n’en dispose pas à Estaimpuis. Mais l’entité en compte trois, dont celle de Néchin. À propos de cette dernière, Daniel Senesael considère que « l’institut Saint-Joseph fonctionne de la même manière qu’une maison de repos du service public en pratiquant des prix qui sont plus bas et en donnant la priorité aux Estaimpuisiens » .
 
Le député-bourgmestre ne voit donc aucune raison d’envisager la construction d’une quatrième maison de repos sur le territoire de l’entité d’Estaimpuis.
 
Pour l’heure, deux sites sont envisagés pour le projet de résidence-services. Le premier se trouve à la rue du Muguet, en face de l’école communale.
 
Le second est l’ancien site du supermarché « Interdiscount », rue du Vieil Dieu. Deux sites situés dans le centre du village d’Estaimbourg. « Sur le premier, il est possible d’imaginer 15 logements, sur le second le terrain permettrait la construction de 20 à 22 logements » , précise Daniel Senesael. Un choix interviendra à l’issue du concours qui sera lancé à la fin du mois d’août par le CPAS. « Nous verrons qui peut nous faire ça pour le prix maximum à ne pas dépasser de 1.200 euros par mois. Et en fonction de ce qui nous sera présenté, nous choisirons le projet qui répond à notre attente et le lieu où il sera mené » , appuie le député-bourgmestre d’Estaimpuis qui se donne deux ans pour le faire aboutir. « Nous avons eu l’occasion ces derniers mois de visiter de nombreuses résidences-services en Belgique et notamment dans le Brabant wallon. Nous savons bien où nous voulons arriver et nous savons dorénavant que c’est possible » . On verra ça dans les prochains mois.
 
source : Article de Albert Desauvage Nord Eclair

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel