• Le saviez-vous ? La bouteille Coca-Cola célèbre ses 100 ans

    bouteille de coca.JPG

    La mythique bouteille Coca-Cola fête ses 100 ans cette année. Véritable icône de la consommation, elle a à peine changé depuis le premier jour. Elle avait été lancée pour la première fois en 1915 à Terre Haute dans l’Indiana. L’usine «The Root Glass Company» avait reçu la mission de créer une bouteille distinctive, reconnaissable même en morceaux sur le sol. Cette bouteille devait, selon ses promoteurs, conquérir le monde en tant que symbole de la «liberté et du bonheur». En 1950, la bouteille Coca-Cola a été le premier produit commercial à faire la une de TIME Magazine

  • Ouvrez l’E42 aux vélos: Puisqu’on y roule à 10 km/h de moyenne, les cyclistes ne seraient ni gênants, ni en danger

    bouchons tournai.JPG

    On se doutait que le commencement des travaux de réhabilitation de l’autoroute E429 (familièrement E42) depuis la frontière française allait provoquer quelques difficultés de circulation. Mais sans doute pas à ce point. D’autant que d’autres chantiers viennent compliquer les choses, que ce soit en direction de Mons ou de Bruxelles. Et les bouchons, ça fait vite tache d’huile…

    Pour coller au mieux à la réalité, sudpresse a donc testé jeudi vers 10h30 le tronçon d’autoroute qui va de Templeuve (A17) à la sortie 34 à Froyennes (E429), soit 7,5 km…

    43 minutes pour faire 7,5 km soit une moyenne de 10,46 km/h à une heure relativement creuse de la matinée : pas besoin de vélo électrique pour faire aussi bien en pédalant…

    Pour les usagers qui sont restés sur l’autoroute, la galère n’est pas terminée : la circulation au ralenti sur une seule bande se poursuit jusqu’à Kain.

    DÉGÂTS COLLATÉRAUX

    Ce gros engorgement de l’E429 depuis la frontière française jusqu’à Tournai a donc des conséquences qui débordent de loin le cadre de l’autoroute. Puisqu’il devient difficile de s’y engager en s’immisçant dans une file quasi à l’arrêt, les bretelles d’accès sont vite saturées et les bouchons débordent alors sur les voiries avoisinantes.

    C’est notamment le cas sur la chaussée de Courtrai où, le matin, le trafic est considérablement ralenti depuis l’institut Saint-Luc, voire Saint-André.

    Autre « dégât » collatéral : de plus en plus automobilistes et surtout de routiers, excédés par la perte de temps, snobent les autoroutes pour tenter de tracer leur chemin par des voiries secondaires en court-circuitant le gros des bouchons.

    On devine les dangers et nuisancesque cela pourrait provoquer dans certains villages peu adaptés à accueillir un transit accru, et spécialement des poids lourds. Les autorités sont déterminées.

    À Pecq par exemple, les autorités disent veiller au grain et être prêtes à prendre des mesures si des problèmes survenaient. Le radar répressif pourrait bien chauffer…

     

    source : article J-M ELOI Nord Eclair 27/02

  • Venue de Chine pour gagner sa vie, elle trouve l’enfer à Estaimpuis

    chinoise restaurant.JPG

    Une Chinoise pensait gagner facilement de l’argent pour aider son mari malade et ses deux enfants restés en Chine. Pendant plus de dix ans, elle a été exploitée par un restaurateur qui n'a ni foi, ni loi...

    Nous sommes en 2004, Xi est une jeune Chinoise qui vit dans une région pauvre de l'empire du Milieu. Elle est mère de deux enfants et femme d’un homme malade.

    Dans le pays communiste, où l’égalité entre chaque homme est un leurre, elle n’a aucun avenir.

    Une société mafieuse, dénommée la "Tête du serpent" lui propose un boulot, à des milliers de kilomètres de chez elle. En Belgique, sur la frontière française, un homme l’attend pour travailler chez lui. Un mois de salaire lui suffiront pour payer un bon médecin et assurer un avenir à ses gosses.

    Elle tente le coup et file dans un avion qui atterrit à Kiev, terminus. De l’Ukraine, elle rejoindra l’Allemagne par ses propres moyens. Son périple va durer plus de cent jours. «Elle a traversé des montagnes, dormi au bord des ruisseaux», raconte son avocat, Me Geoffroy Huez.

    UN VRAI DICTATEUR

    Elle finira par arriver en Belgique où Ji l’attend. Ji est restaurateur à Estaimpuis. C’est un véritable dictateur avec ses proches, au point que sa femme va finir par mettre les voiles pour le laisser avec sa mère et sa soeur. Qu’importe, la nouvelle va servir de bonniche. Elle nettoie, racle les crasses et s’occupe des enfants de son patron, qui l’engueule, l’humilie devant les autres employés, pas plus déclarés qu'elle.

    L’enfer va durer dix ans. Pendant plus de 3.600 jours, Xi va dormir dans la crasse et servir de souffre-douleur à un dictateur aux yeux bridés. Les trois premières années, elle ne sera pas payée car il faut qu’elle rembourse son voyage, soit 14.000 euros. Après, elle va obtenir un salaire de moins de deux euros de l’heure. En 2012, son patron va la déclarer avec un salaire mensuel de 1.600 euros pour obtenir un permis de la Région wallonne, mais Xi en percevra à peine la moitié.

    Après près de dix ans d’esclavage moderne, Xi va se rebeller. La seule et dernière fois. La nuit du 21 au 22 novembre 2012, son patron la réveille en pleine nuit et la vire de chez lui.

    CINQ JOURS D’ERRANCE

    Pendant cinq jours, la pauvre Xi va errer dans les rues de Tournai. Elle a raconté toute son histoire à la police et aux inspecteurs sociaux. Interrogé, son patron nie tout en bloc.

    Pourtant, en 2004, un médecin bien connu à Estaimpuis avait constaté l'état de santé précaire de cette femme. Deux ans plus tard, le patron du restaurant était inquiété par la justice, une première fois, mais il a continué à employer des gens non déclarés, des illégaux. Présumé innocent, son absence à la barre risque de lui être fatale. En plus, lors d’un contrôle, un cuisinier avait pris la fuite et n’avait pas pu être identifié. Encore un esclave des temps modernes ?

    source : article de CÉDRIC KETELAIR Nord Eclair

  • A la une de votre Nord Eclair

    Edition Mouscron

    unemous28fev.JPG

    Edition Tournai

    unetour28fev.JPG

     

  • La météo

    meteo28.JPG

    Cet après-midi, le ciel deviendra partiellement à très nuageux avec quelques faibles pluies ou bruines. Les maxima seront compris entre 3 degrés sur les hauteurs de l'Ardenne et 7 ou 8 degrés en plaine. Le vent sera modéré à assez fort de secteur sud à sud-ouest, avec des rafales jusque 50 km/h. 

    Ce soir et cette nuit, le temps deviendra temporairement plus sec mais, dans le courant de la nuit, on prévoit à nouveau de la pluie à partir de l'ouest. En fin de nuit, le temps redeviendra plus sec en région côtière, puis également dans l'ouest du pays. Les minima se situeront entre 1 degré sur les hauteurs de l'Ardenne et 6 degrés à la côte. Le vent sera assez fort d'abord de secteur sud à sud-ouest, puis de secteur sud-ouest. Les rafales pourront atteindre 60 km/h.

    source: Météo.be

     

  • LE DESSIN DE SAM

    SAM27FEV.JPG