• Estaimpuis : Intervention du groupe Ecolo au conseil communal de ce 29 septembre.

     ecolo estaimpuis.jpg

    Point 9 : Développement rural -Dynamiser le canal de l'Espierre en pôle d'attraction durable -convention-faisabilité 2014 - approbation.

    Ce point ne peut évidemment que nous réjouir et réaffirmer notre engagement tant écologiste que responsable dans le développement territorial. On ne peut que souligner également le travail fait autour du PCDR depuis 2007. Toute la zone du canal de l’Espierres est devenue zone protégée, de nombreux aménagements continuent d’être effectués avec plus ou moins de bonheur et de cohérence, mais qui ne fait rien ne risque pas de se tromper. Ce point de vue zone protégée et le pôle d’attraction durable que constitue le canal (je reprends ici les termes de cette délibération) doivent rester les axes principaux de nos réflexions au sein de cette assemblée, mais bien au-delà lors de tout travail exécuté dans la zone du canal.

    Il reste trois points noirs : les maisons pontières. Bien sûr des dossiers sont en cours, bien sûr, mais depuis bien trop longtemps !

    La couverture médiatique reste une arme à double tranchant. Un article du samedi 8 mars 2003 !! Paru dans le courrier de l’Escaut donnait la parole à Monsieur Nottebaert alors conseiller de notre CPAS qui avait interpellé Monsieur Daerden, ministre wallon des Travaux. On évoque une réunion tenue en avril 2002. Les termes de l’article sont ceux-ci : «  Il a été convenu que la commune d’Estaimpuis prendrait en charge les travaux les plus urgents de mise en conformité- électricité, gaz, eau- alors que les travaux plus importants de remise en état des maisons seraient effectués en mars 2004 pour les maisons du petit Preux et du Centre, en mai 2005 pour celle de Mauroy. » Fin de citation. Les paroles passent semble-t-il, mais les écrits restent. Neuf ans plus tard, on n’a guère avancé mis à part le fait que les maisons sont murées, heureusement pour la sécurité, mais malheureusement pour la crédibilité.

    Nous espérons que 10 ans ne nous séparent pas de la conclusion de ces chantiers.

    Concernant encore ce point de valorisation et dynamisation du site du canal. Alors que la Flandre a pris les devants et a déjà des années d’avance, nous ne découvrons pas d’ébauche de projet pour le remplacement des arbres qui bordent le canal et deviennent dangereux ; les racines ont naturellement investi le sous-sol et rendent la voie sur berge impraticable pour les cyclistes et personnes en fauteuil notamment. Un projet existe-t-il ? Dans le cadre du projet « Interreg Dostrade » et grâce aux synergies et à la collaboration efficace avec les communes limitrophes de Wattrelos et Espierres, ne peut-on avoir une réflexion d’ensemble qui aboutirait à moyen terme, espérons-le, à une action concernée et durable pour l’avenir de notre canal et de notre entité ?

    Divers :

    Monsieur le Bourgmestre,

    On parle beaucoup de zone de sécurité et bien-sûr des casernes de pompiers.

    J’ai l’impression de discours  déjà entendus lors de la mise en place des zones de police.

    Si les communes financent pour le moment  un montant de +/- 13,5 Millions d’Euros, il est prévu suivant un article de loi de mai 2015 que la part communale serait de 50% soit la même que celle du fédéral. Vous avez récemment déclaré que la commune d’Estaimpuis  verra sa part augmenter et donc que les citoyens paieraient plus. Comment les communes, Estaimpuis en particulier, pourront-elles faire face à une augmentation (encore une) des dépenses communales ? Evitera-t-on le couac résultant de la création des zones de police ? Prévoit-on des changements substantiels de fonctionnement pour notre poste avancé ?

    Bien sûr on souligne toujours  adroitement que le service doit être amélioré, que les divers intervenants dans les zones de sécurité devront être assurés d’une sécurité accrue, que le citoyen sera ainsi mieux protégé. Comment pourrait-il en être autrement ?

    On a remarqué également  que toutes les entités ne lisent pas la même partition. Qu’en sera-t-il quand elles devront la chanter ?

  • Idée sortie : Les entreprises se dévoilent - NOTELE

    notele.jpgVisite de l’entreprise uniquement sur réservation via le 069 89 19 70 du lundi au vendredi de 9h à 12h et de 14h à 17h

    Notélé réalise quotidiennement un journal télévisé pour informer les téléspectateurs de tout ce qui se passe en Wallonie Picarde. Notélé produit également des dossiers d’informations, des magazines culturels, sportifs, économiques, de loisirs… bref notélé se veut le reflet de la vie en Wallonie Picarde. En outre avec son car régie, notélé enregistre spectacles, conférences et manifestations sportives en Wallonie Picarde.

    Toutes les équipes seront à votre disposition pour vous montrer leur travail au quotidien : journalistes, cadreurs, techniciens, réalisateurs, monteurs …

    Les visiteurs pourront découvrir l’envers du décor, la magie des décors virtuels, le montage des sujets pour terminer par le passage devant la caméra dans un vrai studio télé.

    Vous aurez l’occasion de prendre place sur le siège du présentateur et de découvrir tout ce qui se passe lors d’un enregistrement.

  • Estaimpuis : La cave de Gégé déjà à remettre !

    cave de Gérard.jpg

    La cave de Gérard, ouverte en novembre, n’apporte pas le rendement espéré. Les patrons de la société Innovactions, qui est spécialisée dans la blanchisserie et les lavoirs, avouent qu’au final le vin, ce n’était pas pour eux.

    Alors qu’on fêtera le premier anniversaire de la cave de Gérard sur le site d’Estaim’Services à Estaimpuis en novembre prochain, les patrons qui gèrent l’activité, les murs appartenant à la commune, veulent (déjà !) trouver un repreneur.

    Pour Ghislain Demarlière, si cela n’avait tenu qu’à lui, il n’aurait jamais lancé ce business. "Nous sommes des spécialistes de la blanchisserie, pas vraiment des amateurs de vins. On a été quelque peu poussés par le bourgmestre qui estimait que c’était bon pour Estaimpuis."

    Dès à présent, l’activité est donc à remettre et nul doute que la publicité faite pour cette cave à vin, la première en Belgique pour Gégé, va attirer des repreneurs. Des repreneurs qui pourront bénéficier du stock restant estimé à environ 20.000 euros. «Des vins de stars (Cabrel, Richard ou encore Brad Pitt) À cela il faudra ajouter le fonds de commerce qui, lui, s’élève à 40.000 euros. Ce qui fait donc une ardoise de 60.000 euros pour un bel espace, bien décoré, de 110m2 pour un loyer de 350 euros par mois.

    «On aimerait remettre pour le 31 décembre juste après les fêtes », précise Ghislain Demarlière. Toutefois, l’homme ne serait pas contre le fait de céder l’affaire avant la date butoir. «Si quelqu’un vient avec les fonds, cela pourrait aller plus vite que prévu. Avec également la possibilité d’entamer une nouvelle activité en ces murs

  • Rappel du produit QABA Siège Auto Enfant

    siege.jpg

    Produit rappelé par : PROFESSIONNEL
    Secteur : Jouets - Puériculture
    Marque : QABA
    Produit : Siège Auto Enfant
    Modèle : 9-18 kg et 15-36 kg
    64-0002 (GW 217- 6) / 64.0003 (GW 217- 5) / 640004 (GW 217- 1) / 64.0010 (GW 217- 4) / 64.0007 (GW 217- 3) / 64.0014 (GW 217- 2) / BXS-208
    N° lot / N° série : Lot: GW 217

    Motif du rappel : Le mécanisme de retenue ne fonctionne pas correctement
    Modalités du rappel : 
    Retrait du produit du marché
    Rappel auprès des utilisateurs finaux
    Informations supplémentaires : Produit d'origine chinoise

  • Idée sortie : Les entreprises se dévoilent - L'insecterie à Dottignies

    insecte3.jpgCe dimanche des entreprises de la région dévoilent  leurs secrets. Dans le cadre de la Journée Découverte Entreprises, elles ouvrent leurs portes au grand public.

    Elevage et vente d’insectes comestibles.

    Produire 1 Kg de sauterelles nécessite 9X moins de fourrage que produire 1 Kg de bœuf.

    Tentez l’aventure gustative ! Essayez des insectes… Faites-vous une opinion basée sur une expérience réelle… Laissez vos préjugés à la maison !

    Surprenez vos amis, votre famille en leur offrant nos cookies, chocolats et autres gourmandises préparés à base d’insectes par un chocolatier local. Ces produits seront disponibles à la vente lors de nos portes ouvertes.

    Activité surprise pour les petits aventuriers.

  • Leers-Nord: le «tireur fou» interné aux Marronniers

    Un homme apparemment dérangé et une arme: la situation avait tout pour dégénérer. Surtout qu’après avoir tiré avec sa carabine à plomb sur un voisin et explosé la vitre de la porte d’un autre, Dimitri D. s’est cloîtré chez lui, menaçant la police de sortir les armes ou encore de faire sauter le quartier. Du côté des riverains, cet accès de folie est la goutte qui fait déborder le vase. Ils en ont assez!

    leers.jpg

    Assis dans son fauteuil, Patrick Verschoore regarder le journal télévisé, il était 19h45 environ. Quand soudain, des petites détonations se font entendre à l’extérieur. « Mon voisin était occupé de tirer sur mes chats qui étaient sur mon paillasson. Ma porte était ouverte et ils ont pu rentrer se réfugier. Ce n’est pas la première fois qu’il sort sa carabine. La semaine dernière, mon fils était venu montrer son nouveau petit chien. Ce dernier avait osé mettre une patte sur le petit parterre en pelouse de Dimitri. Il est alors sorti et a demandé de dégager cette sale bête sinon il allait la buter. Il a ses périodes mais là, il est allé trop loin», relate-t-il, bien décidé à ce. N’y prêtant pas plus attention, c’est un voisin qui l’a averti que Dimitri D. s’en était pris à ses chats.

    En retournant à son domicile, le «chasseur de chat» va alors s’en prendre au voisin. « Il retournait chez lui quand il a reçu un plomb dans le dos.». Les voisins n’ont pas voulu jouer le jeu de l’énergumène et ont décidé de ne pas réagir. Apparemment, l’énergumène à la carabine à plombs n’avait pas envie de laisser tomber. Alors qu’il s’était remis dans son fauteuil, Patrick Verschoore va recevoir la visite de son cher voisin. « La vitre de ma porte d’entrée a soudainement volé en éclats. Ni une, ni deux j’ai couru vers mon couloir et j’ai vu Dimitri qui tapait avec sa canne. Il était hystérique et en voulait à tout le monde alors que personnellement, s’il y a bien une personne qui ennuie son monde c’est bien lui! Je n’osais pas sortir de chez moi, ni même fermer mes persiennes car j’avais peur qu’il saccage tout. Pas à mon aise, j’ai dépassé la tête dehors et il s’amusait à me viser. Dès qu’il me voyait, il tentait également de me toucher

    Un riverain qui a assisté à la scène a averti la police. Une fois sur place, les policiers ont rapidement compris qu’ils allaient avoir du fil à retordre. « Quand les policiers sont arrivés, ils n’ont pas directement pu le maîtriser. » Dimitri D., qui est connu par les forces de police, s’en est alors pris aux forces de l’ordre qui ne savait pas vraiment si l’arme était une vraie et surtout s’il n’en avait pas d’autres. « Il était très menaçant avec eux et leur a dit que s’ils approchaient de sa maison, il irait chercher les armes et n’hésiterait pas à leur tirer dessus. » Le «forcené» a même menacé de faire exploser le quartier en ouvrant le gaz. Finalement, la police du Val d’Escaut a demandé du renfort à Mouscron pour pouvoir atteindre le domicile de Dimitri. « Voyant que les policiers étaient de plus en plus nombreux, il est sorti et ils ont pu le cueillir », souligne Patrick Verschoore. La maison sera fouillée de fond en comble et l’homme sera arrêté par la police. «Aucune autre arme n’a été retrouvée à son domicile» a-t-on précisé. Selon la police de Val d’Escaut, Dimitri D. est connu de la Justice. Il aurait également fait plusieurs séjours en hôpital psychiatrique.

    L’affaire n’a pas été mise à l’instruction selon le Parquet. Toutefois, Dimitri D. a été envoyé pour un séjour d’une quarantaine de jours aux Marronniers à Tournai.

    source: Sudinfo + Jordan Kasier