Web Analytics

Coup de gueule de votre blogueur: Les Belges déboursent plus qu’un étranger... pour la même infraction!

police001.jpgLes infractions du 4e degré, parmi les plus graves du code de la route, ne sont pas sanctionnées de la même manière selon l’auteur. Les conducteurs belges sont automatiquement traduits devant le tribunal de police, avec une solide amende à la clé. Les automobilistes étrangers s’en tirent avec une perception immédiate, moins élevée. Touring a dénoncé cette disparité.

En octobre dernier, Touring dénonçait dans nos colonnes la discrimination dont étaient victimes les automobilistes belges par rapport à leurs homologues étrangers. L’appel a été entendu. Melchior Wathelet, le secrétaire d’État à la Mobilité, a demandé à son administration de mettre un terme à cette inégalité. « Les textes légaux sont prêts. Nous allons les envoyer pour avis au Conseil d’État et aux Régions. Ils ont respectivement 30 et 60 jours pour se prononcer », précise-t-on au cabinet Wathelet.

Sont concernées les infractions du 4e degré au code de la route, les plus dangereuses, comme par exemple doubler au sommet d’une côte sans visibilité, faire marche arrière sur une bretelle d’autoroute ou opposer un refus à l’injonction d’un policier. Actuellement, un automobiliste étranger doit s’acquitter d’une perception immédiate de 330 euros avant de pouvoir reprendre le volant. Le Belge doit, lui, se présenter au tribunal de police. L’amende minimale est de 240 euros à laquelle s’ajoutent 150 euros versés au Fonds d’aide aux victimes d’actes intentionnels de violence et 60 euros de divers frais administratifs. Avec la nouvelle réglementation concoctée par le SPF Mobilité, le contrevenant étranger devra régler une perception immédiate de 450 euros.

Touring a salué la décision de Melchior Wathelet. « Depuis deux ans, il a suivi notre avis sur plusieurs dossiers, notamment l’instauration du mécanisme de la tirette, les pneus hiver ou la lutte contre les voitures non assurées », souligne Danny Smagghe, porte-parole de l’organisation de mobilité.

Les commentaires sont fermés.