• Estaimpuis :« Ce conseil communal, c’était le cirque Bouglione »

    senesael.jpgOn a assisté à un conseil communal plutôt surréaliste mercredi soir à Estaimpuis. Daniel Senesael, d’habitude diplomate dans ses réponses, a cette fois été très « cash », voire parfois choquant. L’opposition est outrée par les propos qu’il a tenus et l’accuse d’être venu en état d’ébriété. Le bourgmestre dément et s’excuse pour ses réponses.Un conseil communal à Estaimpuis dure en général 30 minutes à une heure selon l’actualité. L’opposition pose des questions, le bourgmestre y répond et on s’en tient là. Mais ce mercredi soir, il y a eu du spectacle. Si en général, les réponses de Daniel Senesael aux différentes interpellations de ses adversaires politiques se font de manière très diplomate, il n’en a cette fois pas été de même. On a assisté à un show de Daniel Senesael parlant parfois, souvent même, de façon déplacée, à l’opposition IC et Ecolo. Ses collègues du PS semblaient assez gênés. Et à la sortie du conseil communal, tout le monde semblait un peu « sur le cul ». L’opposition fulminait. L’un des conseillers a ainsi lâché : «Quel cirque ! Ce conseil, c’était Bouglione ! » Encore ce mercredi, la plupart n’en revenaient toujours pas. «C’était une situation surréaliste.


    Le bourgmestre n’était pas dans son état normal et n’a pas donné de réponses normales », précise Pauline Trooster, chef de file Ecolo, sans vouloir faire plus de commentaires. Nous avons appelé Daniel Senesael hier, pour le questionner sur ce soudain changement de comportement. «J’ai été moins diplomate que d’habitude », reconnaît-il, «et je tiens à présenter mes excuses. Nous ne sommes pas des machines. Il y a des moments où nous sommes plus cléments, d’autres où nous sommes plus énervés. Hier, j’ai eu un tel enchaînement d’événements qui a fait que j’étais moins favorable à l’écoute. Je le répète, je m’en excuse. » Mais même avec des excuses, les conseillers IC et Ecolo risquent d’avoir du mal à digérer les paroles qu’ils ont entendues. Patrick Van Honacker, chef de file du groupe IC, a ainsi eu droit à propos du centre équestre à : «Vous êtes à côté de vos pompes. C’est très mauvais ce que vous avez fait avec le centre équestre. Vous n’avez pas su gérer, j’ai dû remettre de l’ordre dans tout ça. » Concernant une question d’Adeline Capart (IC) sur l’agora, Daniel Senesael a répondu : «Je dirai à la police et à l’administration qu’elles ne travaillent pas bien, de votre part. » Et Pauline Trooster, dont le bourgmestre avait apparemment oublié le nom pendant un moment, a quant à elle été qualifiée de «sourde aux bons arguments. » Bernard Wattez a lui eu plus de chance. Daniel Senesael lui a lancé un «Je vous apprécie beaucoup ! » «Ça, c’est parce qu’il sait que moi je lui serais rentré dedans… », précise le conseiller IC qui, sans jamais rien dire, fulminait sur sa chaise durant tout le conseil. «La façon dont le bourgmestre répondait, c’était insupportable ! C’était vraiment des insultes.


    Toutes nos questions, et celles d’Ecolo, étaient pertinentes, nous n’avons eu aucune réponse. C’est inadmissible, il était en état d’ébriété », explique Bernard Wattez qui souligne que le phénomène n’est pas nouveau. Daniel Senesael dément : «Je n’étais pas du tout dans un état second. J’avais pris des cachets pour la grippe le matin, mais j’étais tout à fait normal ! » Mais pour l’opposition, c’est allé trop loin. «C’était blessant. J’avais préparé un petit poème sur Vantieghem expert à l’IEG, mais je ne l’ai pas dit, ce n’était pas le moment. La situation était vraiment lamentable. C’était le pompon », raconte Bernard Wattez.


    Le groupe IC ne compte pas en rester là. « Il faut que nous puissions dire ouvertement ce que nous pensons. Il y aura une réaction », prévient le conseiller IC. Réaction que les conseillers ont préféré ne pas avoir mercredi soir, pour ne pas en rajouter une couche.

    SARAH LIBBRECHT Nord Eclair

  • Dottignies : L’usine de concassage refusée par la Région

    concassage.jpgBonne nouvelle pour les habitants de la rue du Valemprez et des rues alentours, le projet d’usine de concassage a été refusé par la Région wallonne. Pour rappel, une demande de permis d’urbanisme avait inquiété de nombreux Dottigniens à la fin de l’année dernière. La SPRL Pascal Bisschop avait demandé, le 23 octobre 2013, un permis afin d’installer une usine de concassage dans la rue du Valemprez. Cette demande de permis unique concernait «l’implantation et l’exploitation d’un centre de regroupement, tri et prétraitement (concassage, criblage) de déchets inertes, avec un poste de distribution de carburants et construction d’un bâtiment administratif.»

    Durant l’enquête publique en novembre, les riverains s’étaient mobilisés, ne voulant pas de cette usine près de chez eux. Ils avaient signalé plusieurs inquiétudes : quant aux « déchets inertes » à concasser, charroi important (on parlait de 60 camions par semaine), avec les risques et nuisances qu’il comporte… Autre problème, le projet de l’entreprise Bisschop n’augurait pas de création d’emplois à Mouscron. En tout, 169 réponses avaient été faites durant l’enquête publique. Et aucune n’était positive pour le projet. Le Collège lui-même avait remis un avis négatif. Avis que le fonctionnaire délégué et le fonctionnaire technique de la Région wallonne ont suivi.

    La Ville va désormais prévenir les habitants du quartier. «Nous allons envoyer un courrier aux riverains qui avaient signé la pétition contre le projet, pour leur signaler le refus », précise Brigitte Aubert. Mais un panneau a déjà été posé dans la rue du Valemprez, annonçant le refus du permis pour ce projet.

    LES RIVERAINS RESPIRENT

    concassage2.JPG

    Les riverains poussent donc un ouf de soulagement. «Nous sommes très soulagés. Nous nous attendions vraiment à une catastrophe. Cela nous inquiétait tellement ! Donc c’est vraiment un grand soulagement », confie Jennifer, une habitante de la rue du Valemprez. «On est très content que cela ait été refusé, surtout par le fonctionnaire délégué. On savait que le collège avait refusé, mais cela pouvait toujours être accepté après de l’autre côté. Donc c’est vraiment une bonne nouvelle », ajoute Wesley un des autres habitants qui s’étaient mobilisés en novembre dernier. «C’est un très grand soulagement, surtout par rapport au nombre de camions qui allaient passer dans la rue. La route allait être détériorée. Déjà simplement avec les camions de la Redoute, elle était bien détériorée, alors avec ces gros camions… » La société Bisschop peut encore introduire un recours contre ce refus de permis dans les 30 jours, directement à la Région wallonne. Mais, si elle le fait, il y a tout de même peu de chance que l’avis de la Région soit différent de celui émis par le collège, le fonctionnaire délégué et le fonctionnaire technique.

     

     

     

  • ESTAIMPUIS/NÉCHIN : Du jus de pomme maison avec les Récrés-Nature

    jus de pomme.JPGLe mercredi, la Maison de l’Environnement de Néchin organise des animations avec les enfants de l’accueil extrascolaire Estaimp’Arc-en-ciel... Ce sont les Récrés- Nature, un projet du PCDN, au cours duquel les enfants jardinent, découvrent la mare, les légumes et apprennent même à fabriquer leur propre jus de pomme. Délicieux !

  • Mouscron - Expo photo

    Photographe.jpg

    L’Entente photographique Hennuyère Amateur organise, en collaboration avec le photo-club Artec de Mouscron, un salon photographique qui sera accessible au public

    LE SAMEDI 1ER MARS, DE 16H À 18H ET DIMANCHE 2 MARS, DE 10H À 18H

    Dans les locaux de la bibliothèque publique de Mouscron, 20 rue du Beau- Chêne, à Mouscron.

    Vernissage samedi 1er mars, à 17h - L’entrée au salon est gratuite.

  • Estaimpuis : Et si on racontait une histoire ?!

    et si on racontait une histoire.jpg

    "Et si on racontait une histoire ?!" est une animation pour les enfants proposée une fois par mois le mercredi après-midi. Une animatrice de la DGAC propose aux enfants des contes, des histoires et des activités manuelles, créatives et graphiques au fil des saisons. Chaque animation "Et si on racontait une histoire ?!" aborde donc un thème en particulier.

    L'animation est accessible aux enfants entre 5 et 8 ans membres de la bibliothèque, et se déroule de 14h30 à 16h. Une participation de 1,5 € par enfant sera demandée lors de son inscription à l'activité.