• Le monde pourrait connaître une pénurie de vin et les prix exploser dans les prochaines années

    2095201835_B971321526Z.1_20131031155634_000_GMG1EQQR4.1-0.pngLe monde se dirige vers une pénurie de vin et le verre de rouge pourrait atteindre des prix étourdissants d’ici quelques années, avertit la banque américaine Morgan Stanley dans une étude.

    La production mondiale de vin a culminé en 2004, où le secteur affichait «un excès de 600 millions de caisses de bouteilles», explique Morgan Stanley dans l’étude reçue mercredi. Depuis, l’offre mondiale n’a cessé de décliner à la faveur de baisse de capacités, tombant à 1 million de bouteilles en 2012. C’est son plus bas niveau depuis 40 ans, ajoute la banque américaine.

    Parallèlement, la demande mondiale n’a cessé de croître alors que la nouvelle bourgeoisie russe, chinoise ou d’autres pays émergents a pris goût au bordeaux,  «la demande de vin a dépassé l’offre de 300 millions de caisses l’an dernier», constate l’étude.

    Pis, la situation va s’aggraver, alors que «la demande à l’exportation devrait accélérer à moyen terme». «A court terme, les stocks vont diminuer car la consommation sera dominée par les millésimes des années passées», mais quand ce sera au tour de la production de 2012 d’être consommée, «nous nous attendons à une pénurie avec un bond de la demande et des prix à l’exportation», poursuit Morgan Stanley.

    Selon la banque d’affaires, l’Australie, le Chili, l’Argentine, l’Afrique du Sud et la Nouvelle Zélande «sont les mieux placés pour en profiter». A l’inverse, la situation «va se tendre particulièrement en Europe», région productrice mais également fortement consommatrice, ajoute l’étude.

  • Pauvre Wallonie - La Wallonie va prêter 138 millions € à Mittal

    mittal-2-g.jpgLe plan d’investissement d’Arcelor Mittal dans les lignes dites « stratégiques » du froid est sur la table depuis longtemps déjà. Le but, pour le leader mondial de l’acier, est clair : miser, dans le bassin liégeois, sur une sidérurgie haut de gamme qui occuperait des secteurs de niche. Pour ce faire, le groupe mise sur un investissement de quelque 138 millions d’euros.

    Or, il semblerait que ces 138 millions ne seraient pas déboursés par le géant indien de l’acier en « cash », mais bien par… la Région wallonne. Comme si Mittal n’avait pas d’argent pour investir une telle somme qui, si elle est énorme pour le commun des mortels, ne représente quasiment rien pour celui qui a dépensé près de 70 millions d’euros pour le mariage de sa fille !

    On peut légitimement se poser la question « est-ce que Mittal va respecter ses engagements ?. Ceci alors qu’on a vu à plusieurs reprises par le passé que ce n’était pas le cas. »

    Plus d'infos dans l'édition Nord-Eclair de ce jour (papier ou pdf)

  • Dottignies: les riverains contre l'implantation d'un centre de déchets

    1369551693_B971317213Z.1_20131030185907_000_G9I1ENGUK.1-0.jpgL’enquête publique débute à peine que le permis d’urbanisme pour l’installation d’un centre de traitement de déchets inertes rue du Valemprez fait déjà l’unanimité contre lui. Le projet prévoit l’implantation d’un centre de regroupement, tri et prétraitement (concassage, criblage) de déchets inertes.

    Pour plus d'infos l'article de la rédaction en ligne ICI

  • Musées gratuits ce dimanche

    pagegard.jpg

    On sera le premier dimanchedu mois, et les musées sont gratuits à Tournai, de même que le musée de folklore à Mouscron, le musée de la rubanerie à Comines et l’espace gallo romain d’Ath. À Lille, plusieurs musées sont aussi gratuits, dont les Beaux-Arts.

  • Tournai - Bourse aux jouets réservée aux enfants

    media-a018efa1-4e25-4c4c-a289-2e0a04d8e3b9-51.jpgTournai Toys, c’est ce week-end : samedi et dimanche de 9 à 18h, une bourse aux jouets réservée aux enfants et des animations, expo de trains miniatures,  F1 miniature, playmobils, jeux de rôles. Ça se passe à la halle aux Draps sur la Grand Place de Tournai, et l’entrée est gratuite. Chaque jour, un lot sera offert au vendeur le mieux costumé.Cette année pas de foire au collectionneurs.


  • Sudpresse vous dit "Merci": nous sommes numéro 1 de la presse francophone

    numero1.JPG

    Les derniers chiffres d’audience de la presse belge viennent de sortir, communiqués par le CIM, l’organisme officiel chargé de contrôler la diffusion et l’audience de la presse en Belgique. Avec un formidable résultat pour les journaux (papier et numériques) du groupe Sudpresse : plus que jamais, nous sommes le nº1 de la presse francophone dans notre pays.

    Dans le monde de la presse et de la publicité, tout le monde attend avec impatience les chiffres du CIM. Ce sont eux qui sanctionnent la bonne santé des groupes de presse. Ils mesurent avec précision l’impact que les journaux ont sur les lecteurs et constituent, en quelque sorte, le « bulletin » que les Belges attribuent à leurs journaux. Et ce mardi matin, les journaux de Sudpresse ont reçu d’excellentes notes. Ils sont même, et de loin, les premiers de la classe !

    Article complet ICI