Web Analytics

Blog Estaimpuis

  • A la une de votre Nord Eclair

    Edition Tournai

    Edition Mouscron

  • Info police Val de l'Escaut : 17 véhicules sur 866 contôlés verbalisés lors du marathon vitesse"

    Résultat de recherche d'images pour "radar police belge"

    La zone du Val de l'Escaut a participé au "marathon vitesse" organisé à l'initiative de l'institut VIAS. En collaboration avec la zone voisine de Mouscron, ils ont effectué des contrôles à différents endroits stratégiques où la vitesse pose un problème dans la zone.

    Au total 866 véhicules sont passés devant le radar, les résultats sont satisfaisants car il n'y a que 17 véhicules verbalisés, même si ce nombre demeure trop élevé.

    L'excès de vitesse le plus important a été relevé en agglomération dans l'entité de Celles où le contrevenant a été photographié à 87 Km/Hr au lieu de 50.

  • Estaimpuis : Concours hippique

    L’image contient peut-être : une personne ou plus, cheval et texte

  • Cambriolages : Estaimpuis malheureusement dans le top 14 wallon !

    Les cambriolages sont véritablement un fléau pour certaines communes, surtout celles qui se situent à la frontière. Les chiffres le démontrent clairement. Estaimpuis, Antoing et Tournai sont les communes de Wallonie picarde les plus touchées.

    Résultat de recherche d'images pour "voleur"

    Pour les zones de police, les cambriolages sont un phénomène qu’il est très difficile à juguler. Non seulement car il existe différents types de personnes qui commettent ce type de délit, car les centres d’intérêt des cambrioleurs ne sont pas toujours les mêmes mais aussi parce que les modus operandi évoluent. Les zones frontalières avec la France semblent également souffrir et cela se ressent dans les chiffres . Estaimpuis est, en Wallonie picarde, la commune où il y a le plus de cambriolages. Au total, il y a eu 24,25 cambriolages par 1.000 habitations. Ce qui place l’entité en 14e place du classement wallon et sur la plus haute marche des communes de Wallonie picarde. « La proximité avec la frontière est clairement problématique. Mais surtout, il n’y a aucune logique à ce sujet », souligne le chef de corps de la zone de Val de l’Escaut Dominique Debrauwere. Ce dernier reconnaît que 2017 a été une année noire en la matière avec 163 vols dans habitations sur l’année contre 122 l’année d’avant. 

    À l’heure actuelle, il ne semble pas y avoir de remède miracle pour endiguer le phénomène qui est très souvent très mal vécu par les citoyens. « On ne peut être partout tout le temps. Il suffit de voir les grandes zones, comme Tournai, pour se rendre compte que là aussi on ne parvient pas à juguler. Depuis que les frontières n’existent plus, c’est plus simple pour les cambrioleurs de prendre la fuite. Malgré le fait que nous intensifions la coopération transfrontalière, et les patrouilles mixtes, avec nos voisins français. » Bien souvent, ce sont des vagues irrégulières qui frappent l’une ou l’autre zone. Avec malgré tout des moments plus intenses. « Comme à l’approche des fêtes de fin d’année par exemple. Mais il y a aussi le fait que les gens sont parfois négligents malgré les nombreuses alertes et campagnes de prévention. » Sur la même zone de police qu’Estaimpuis, Mont-de-l’Enclus fait figure de contreexemple. Avec « seulement » 5,73 cambriolages par 1.000 habitations. Selon le chef de zone, c’est notamment dû à l’Escaut qui fait office de barrière naturelle. « Les cambrioleurs s’attaquent à des zones où ils peuvent fuir rapidement », précise M. Debrauwere. 

    source : article J.K Nord Eclair

  • A la une de votre Nord Eclair

    Edition Mouscron

    Edition Tournai

  • Bailleul : L’école est devenue une belle maison de village

    La nouvelle maison de village vient d’être inaugurée par le bourgmestre

    Lors de la fermeture de l’école communale de Bailleul, plutôt que de laisser les bâtiments se détériorer, le conseil communal a décidé d’offrir aux habitants de Bailleul un lieu de rencontre. C’est l’architecte Virginie Cornaert, elle-même ancienne habitante de Bailleul qui a été désignée pour imaginer le lifting du bâtiment. La mission est réussie avec la réalisation d’une nouvelle salle fonctionnelle, d’un espace de rangement à l’étage et d’une belle cuisine. La nouvelle maison de village a coûté 543.000 €. La rénovation a été subsidiée à concurrence de 422.000 par la Région wallonne. Ce projet entre en effet dans le cadre du programme de développement rural, très actif au sein d’Estaimpuis. Il a déjà permis de mener à bien quatre projets dont le Groupement d’achat solidaire. Pas moins de 17 projets sont d’ailleurs toujours en cours de réalisation. Notons que la rénovation de la Place Abbé César est planifiée dans les prochains mois, ce qui devrait contribuer à encore améliorer le bien vivre à Bailleul